Biographie

François Matton est né à Paris en mars 1969.
Enfance heureuse et insouciante perturbée par de violentes crises d’asthme.
Bon élève dès la maternelle (bien qu’un peu effacé), il le restera jusqu’à la fin de ses études aux Beaux-Arts de Reims et de Nantes.
Vivant de peu, se contentant d’un rien, son existence frappe par son absence totale de faits remarquables : aucun voyage à l’étranger, aucune aventure amoureuse, aucune rencontre fondatrice, aucune ambition sociale, nulle tentative de sortir de l’ordinaire.
Il passe beaucoup de temps dans les bibliothèques municipales à feuilleter tout ce qui lui tombe sous les yeux : de vieux...

voir toute la biographie >>

Chez P.O.L



Agenda

Le lundi 29 mai 2017 à 19h30
François Matton à la Maison de la poésie pour les Etats généraux de la poésie

Maison de la Poésie
Passage Molière
157, rue Saint-Martin - 75003 Paris
M ° Rambuteau - RER Les Halles

voir plus

Le mercredi 31 mai 2017
François Matton à la librairie Mollat Bordeaux

Librairie Mollat,
15 rue Vital Carles
33000 Bordeaux

voir plus


Vidéolectures


François Matton Exercices de poésie pratique, Exercices de poésie pratique - François Matton - février 2017

voir toutes les vidéos de l'auteur


Chez d'autres éditeurs

Publications


  • Lignes de fuites, éditions Dumerchez, 1999 (épuisé)
  • Comment j’ai cassé mes jouets, petit POL, 2005
  • Crabe sur son île, petit POL, 2006
  • Dictionnerfs (avec Mathieu Potte-Bonneville), Le Bleu du ciel, 2012
  • Magic tour (avec Suzanne Doppelt), Éditions de l’Attente, 2012

Projets


    Réaliser une Encyclopédie paradoxale, dessiner le Story-board infini d’une non-histoire (la nôtre), oublier Elena, faire un recueil de Détails essentiels, dessiner Le Voyage paresseux, dessiner les Vues imprenables de mes amours, dessiner le Journal d’un Voyage en France, dessiner des Profils perdus (mes amis), dessiner les Nuits Baltes, dessiner ce qu’une mouche voit du monde en une journée, sortir tous les objets de chez moi pour les dessiner tranquillement en pleine lumière, partir dessiner au Mexique, oublier Elena, dessiner des dérives, des accélérations, des dérapages, des ralentis, des caresses, des complaisances, des slaloms, des cordes tendues de clocher à clocher, des moutons insomniaques, des nostalgies, des pleurnichades, des bacchanales, des féeries, des jeux d’enfant, de la frime, du vent, beaucoup de vent pour l’essentiel.

voir toute la bibliographie

© P.O.L 2016 | Crédits | Mentions légales