TRAFIC : s'abonner |
Warning: mysql_fetch_row(): supplied argument is not a valid MySQL result resource in /home/vhosts/pol_editeur_com/pol-editeur.com/www/class/ListeMenus.inc.php on line 48
twitter Instagram facebook Flux rss de POl

Warning: mysql_fetch_array(): supplied argument is not a valid MySQL result resource in /home/vhosts/pol_editeur_com/pol-editeur.com/www/fonctions.php on line 627

Le corps de l'homme

14 novembre 2011, 21h53 par Julie Douard

Le corps de l'homme n'est -il faut le savoir- rien de moins qu'une merveille naturelle. Mais le corps de l'homme, attention, ne s'est pas fait en un jour. Non. Il a fallu des trésors de patience à qui voulait le contempler pour le voir enfin arriver, beau et fier sur ses deux pieds. Le corps de l'homme actuel -mon préféré- est apparu sur Terre il y a quelques 200 000 années et -si je me rappelle bien- le corps de l'homme est apparu sur le mien il y a quelques 20 années. C'est-à-dire que l'univers a dû attendre cette merveille près de 15 milliards d'années tandis que j'ai attendu moi pendant près de quinze années ; mais je ne suis pas aussi patiente que l'univers, il faut le savoir.

I was so pretty when I was fifteen, I needed a man to tell me that I was pretty because I was really pretty even if my parents did not want to tell me that pleasant truth.

A l'origine, le corps de l'homme était couvert de poils. Mais, heureusement, un jour de grand vent, les poils se sont envolés et il n'est resté qu'un fin duvet. Enfin, je crois, car pour dire la vérité, les paléontologues ne sont pas tous d'accord sur la question. Certains spécialistes affirment que lorsque l'homme a su faire du feu, il ne s'est pas méfié et que tous ses poils ont grillé. Cette théorie a l'avantage d'expliquer aussi la présence de cette appétissante odeur de pain chaud qui émane du corps de l'homme.

I remember that smell very well. When I was sixteen, I met that boy, older than me but with no hair except on his head. He smelt just like a pancake, a hot pancake. What I wanted was to eat him. And that's what I did.

Longtemps, on s'est demandé si l'homme était un animal. Mais c'était en réalité une question fort mal posée car même si l'on sait que l'homme vit et meurt, mange et défèque, s'agite et dort, comme n'importe quel animal ; même si, par ailleurs, l'on sait qu'il a probablement plus de raison que n'importe quel animal, on doit savoir aussi que l'homme se considère lui-même comme un dieu, et la femme comme son esclave.

I'll never forget that man I went out with, when I was seventeen. He was so beastly and so authoritarian. He believed that I was born just to serve and obey him. Fortunately, he died before he killed me. He choked with a good cake I'd cooked for him. Poor thing, I'll never forget it.

Aujourd'hui, l'homme est partout sur la Terre. Il a réussi à maîtriser son environnement et il est quasiment parvenu à se défaire de tous ses prédateurs potentiels. L'homme, grâce à son intelligence et à sa formidable capacité d'adaptation peut dominer absolument tout ce qui existe, de vivant ou d'inerte et, finalement, l'on peut dire qu'il n'a plus qu'un seul problème, lui-même. L'homme est une plaie pour l'homme et l'homme ne sait comment se soigner sans s'éradiquer lui-même.

Does the Earth need men to continue its revolutions ? Do I need men to make my way ? I know that I am pretty and when I am hungry, can't Ijust devour one and bury the bones in the garden ?

La voix de l'homme
Au début était le Verbe, mais les hommes n'avaient rien à dire. Alors, ils inventèrent la vérité pour se donner un but, quelque chose à chercher. De là, ils se mirent à parler, à nommer toutes les choses qui existaient et même celles qui n'existaient pas. Du coup, on les a créées et on s'est retrouvé très entouré. L'invisible a doublé la matière mais certaines, parmi les hommes, n'eurent bientôt que le droit de se taire.

I was to say nothing in front of my father. A girl like me was not put on earth to look for the truth but to look good. And wash dishes.

Comme les hommes se sont mis à parler, très vite ils se sont disputés. Puis, naturellement, à force de se disputer ils sont arrivés au bout de leurs arguments. Donc, ils se sont tapés, tabassés, mis sur la gueule, écrasés, talochés et tout ça. Alors ils ont eu très mal et ont compris que ce n'était pas bien. Pour éviter le mal et trouver le bien, ils ont fait des petites lois. C'était tout simple, ils ont pris quelques mots, ont fait quelques phrases pour arrêter le mal. Les lois leur ont dit quoi faire et de quoi s'abstenir. Les hommes étaient contents, les barrières invisibles ont dessiné les champs de leur liberté et leur plaisir a trouvé là le moyen de courir puis d'être stoppé contre de symboliques barbelés. De là est venu le désir, désir de couper tous les fils et de s'aventurer au-delà, de l'autre côté.

The other side, outside the wall.
I built my desire on this wall. And then, I destroyed the wall with all my desire.
What was behind the wall ? What was outside my bedroom when the garden was filled with the night ? I built my desire thanks to this wall, opposite my locked bedroom door. The door was locked but I destroyed the wall. I left my parents. I fled through the night but my wings -I didn't know it yet- were already broken.

Le coeur de l'homme
L'homme n'a rencontré que tardivement les grands sentiments, avant il n'avait connu que la faim. Ce n'est qu'une fois qu'il se trouva rassasié depuis plusieurs générations qu'il put prendre le temps de contempler la cuisinière. Avant ça, il n'en voyait que le cul.
Un soir, après dîner, l'homme eut l'idée de retourner cette cuisinière et il découvrit alors qu'elle avait deux grands yeux pour l'admirer. De là, naquit l'héroïsme et l'homme, cet idiot, se mit à faire beaucoup de bêtises.

As for me, I' ve never liked Superman. Superman used me like a clapping-machine. Even when I was young, very young, I did not want to be impressed. I just wanted to be alone.

Pour faire briller les yeux de celle qu'il appelait dame quand elle ne lui avait pas encore fait à manger, l'homme s'appliqua effectivement à faire n'importe quoi. Il voulait lui montrer tout ce qu'il avait et qu'elle n'avait pas, afin que ce fût elle qui ait faim, mais bien sûr faim de lui. De là, il exhiba ses muscles et moula son pénis.

I wanted to have one when I was seven. My brother had told me that mine had been cut when I was born because it was too ugly. So I decided to steal my brother's penis, so that he would become a girl and I would become a boy. But my scissors didn' t work well enough. And now, I am still a girl, and I suppose it will never change. That's life ; that's women's life. Better that way, I guess.

 

Les droits de l'homme
Un jour, l'homme a pensé qu'il avait le droit de faire tout ce qu'il pouvait faire. Savoir qu'il le pouvait déjà ne lui suffisait pas car il estimait qu'en tant qu'animal supérieur, il devait non pas seulement agir mais décider d'agir. Découvrant qu'il avait une volonté, en plus de ses désirs, il a tenu à le faire savoir. Plus exactement, le désir est devenu droit grâce à la volonté. Puisque l'homme veut, il peut, c'est-à-dire qu'il doit pouvoir. Donc un jour, l'homme a pensé qu'il avait le droit de faire même ce qu'il ne pouvait pas faire. Et c'est devenu compliqué. Heureusement, on a inventé le progrès. Ouf !

Each morning, before breakfast and after fourteen, my father used to come into my room to tell me the house's rules. I was not allowed to smoke, drink, or go out with boys. I had to help my mother, do my homework and keep my thoughts to myself. Women's rights.

L'homme normal
A force de marcher côte à côte avec ses semblables, l'homme a foulé de ses pieds les chemins de la normalité. Les sillons creusés par le troupeau pressé ont permis de clarifier l'humanité, en distinguant les attitudes respectables des attitudes douteuses. Ce processus s'est appelé la civilisation.
L'homme ne descend pas du singe, l'homme est un singe, mais un singe civilisé. Il a donc le privilège de se punir lui-même quand il a fait une bêtise. Le singe ordinaire, celui qui s'épouille en famille, ne fait jamais de bêtises, surtout parce qu'il ne sait pas ce que c'est qu'une bêtise. L'homme qui sait tout fait lui n'importe quoi. Et comme il sait qu'il fait n'importe quoi, il est bien obligé de se punir lui-même, pour prouver qu'il est un singe civilisé et pas un singe ordinaire. Il se met des claques ou des menottes, s'entoure de barreaux et quelquefois se désintègre.

My mother often said that I had no head. She'd tell people that I had left my brain in her womb. So, it was not really my fault if I played the fool all the time. Everything was beyond my control.
Was I an ordinary monkey ? Just a cute and stupid animal among human beings ? My mother wanted to be nice, but she was wrong. My brain was not stuck in her tight womb but in my stomach, in my blood and in my nerves. The day I began to think was the day I began to explose her certainty. And it hurt.

L'homme est très cultivé, ce qui veut dire deux choses : il est plein d'interdits et plein d'idées pour réfléchir à tous ces interdits. Moins il s'autorise de choses et plus il fabrique des objets qui parlent de ces choses, surtout des livres mais pas seulement. Plus il est cultivé et plus il comprend pourquoi il doit s'interdire toutes ces choses. Alors cet homme qui n'est jamais content, sauf de lui-même, trouve que le monde est finalement bien rangé. C'est parce qu'il l'a tout seul dépoussiéré et classifié.

I discovered sexuality for the very first time in a book. Inside, we could learn how babies appear on earth. My brother and I were not interested by birth but we loved to look at the drawings which explained what happen before birth, nine months before, precisely..
The book spoke about life as though it were a story, always the same story for everybody. A man meets a woman in a bar. They both go to a romantic restaurant, three times. After that, they go to the lady's bedroom cause it's the cleanest one. They take off their clothes, they kiss each other and finally, the man put his penis into the woman's vagina. Thanks to this process, humanity can exist, for ever and ever after.

Le plaisir de l'homme
S'il y a une chose que l'homme aime par-dessus tout, c'est le plaisir. A cause du bazar de la civilisation et de ses règlements, l'homme voit la satisfaction de son désir sans cesse contrariée. Mais l'homme, ce petit malin, fait tout en cachette. Grâce à l'invention de la discrétion, on peut contourner tous les règlements inventés par les hommes et pour les hommes. Aucune loi n'interdit d'avoir des secrets, pour l'instant.
Parce qu'il est civilisé, l'homme agit donc en secret. Seul ou avec des complices, l'homme se régale et son plaisir est comme un petit remontant qui le requinque pour toutes les brimades à venir. Ah, ça fait du bien !

Wind on my skin, sugar on my tongue, caress on my hair ; such tiny pleasures.
I know I am alive, this is my pleasure.

Parfois l'homme prend du plaisir au détriment des autres membres de son espèce. Pour se réjouir, il lui faut savoir qu'il est plus heureux que les autres. Et, s'il n'est pas très heureux lui-même, alors il faut que les autres soient carrément très malheureux. Du coup, il les aide. On appelle cela faire souffrir. Il s'agit d'abîmer le corps ou l'estime de l'autre membre de l'espèce et c'est assez facile, à la portée du plus idiot des hommes.

That was my part in the family ; to be a ball of sorrow and suffering, so that everyone who played with this ball could also know they were better than me.
I was the problem. That's what they said. My father, my mother, my brother were not mental but fine. But a ball can roll and go away. That's what I did.
As soon as their problem was far away from the house, they started to get sick. But me, I started to be free.

Le pouvoir de l'homme
Les hommes ont très tôt compris qu'ils ne pouvaient pas être plusieurs au sommet. Plus on grimpe et plus le sol se rétrécit et moins on peut être nombreux. Tout en haut, vers le ciel, il n'y a de la place que pour les pieds d'un seul, que l'on appelle le chef, et encore doit-il s'agripper afin de ne pas glisser. Les autres s'échelonnent des talons du premier jusqu'en bas, dans la vallée où grouillent les perdants et les résignés.
Plusieurs techniques pour ne pas tomber existent. On peut lécher le cul du premier en espérant qu'il apprécie assez pour nous permettre de nous accrocher à ses poils. On peut lécher le cul du deuxième en espérant la même chose. On peut lécher le cul du troisième et ainsi de suite jusqu'à ce qu'on arrive tout en bas, là où les résignés préfèrent garder la langue propre et partager équitablement un peu de dignité.

Some people try to live without any chief. I lived among these kind of people when I was eighteen. Guys and girls who just believed in freedom, who liked poetry, music, sofas and peaceful drugs. Private property did not exist but everyone belonged to everyone. It meant that when a guy wanted a piece of me, I had to say yes, always yes, otherwise I was considered like a selfish and cruel proprietor of my body.
So, there was no chief in this community, no little chief but one big rule : always share everything.
One day, I told everybody that I'd had enough, one rule could be worse than one thousand. They smiled and said goodbye.

La marche de l'homme
L'homme n'a toujours eu qu'une idée en tête, avancer. L'homme avance comme si le sol lui brûlait les orteils ou comme si la terre s'effondrait à chacun de ses pas. Alors, même s'il peut regarder en arrière, il ne peut plus reculer.
L'homme veut arriver quelque part, changer ce quelque part et aller autre part. L'homme est un explorateur de l'avenir qui ne sait plus pourquoi il lui faut sans cesse tout moderniser. Il a fait le tour de la Terre et comme elle est ronde, il s'est retrouvé face à lui-même, à peu de chose près.

I walked all over the country. Sometimes, a car picked me up for a few miles. I did not know why I walked so much. I just wanted to keep home behind me, very far behind me. I wasn't really interested by what was in front of me but I couldn't stop walking.
This very long walk changed my mind and my body. So, finally, what I discovered in front of me was just me, but also another me, a girl better and stronger than me. For the first time in my life, I liked me, a little. Was it happiness ?

Mais l'homme ne se satisfaisant plus de marcher, s'est mis à courir, au risque de se casser la gueule, il faut bien le dire.
L'homme s'est fourvoyé, a bifurqué, s'est planté, s'est lamenté mais très vite il est reparti. Grâce au progrès, l'homme ne court plus, il vole. Et depuis qu'il ne touche plus le sol, l'homme ne se sent plus pisser. Il se croit à sa place parmi les étoiles, ses semblables.

I never thought I would become a star like my school gilfriends wanted to. I did not believe in me more than in a dry carrot. The color of my hair, maybe. But I met this man who worked in LA and who liked dry carrots, and my teeth. Very strange but I needed money, and showers.

 

L'homme et les seins
Ce que l'homme a sur le coeur, c'est un torse ; ce qu'il a dans les mains, ce sont des seins. La plupart des hommes aiment les seins des femmes. Les caractères sexuels secondaires étant -chez la femme- plus visibles que les primaires, ce sont des atouts que celle-ci utilise quand elle veut s'attirer celui qui saura l'engrosser puis la protéger. Une fois l'opération réussie, le sein de la femme est plutôt pour son petit, ses regards aussi. Heureusement, l'homme se déplace.

The first movie I played in was not pornographic at all but I had to be naked in every scene. The director specially loved my tits. He used to say that they were smiling. I had to swim in a cold river until I was eaten by a big monster, a kind of snake. I was twenty-one and life was becoming easy.

L'homme et lui-même
L'homme a longtemps espéré qu'il était le fruit d'un amour immodéré, qu'il était désiré par le plus merveilleux des papas, comme cela il pouvait mieux s'aimer lui-même. Il a donné à son papa toutes les qualités et surtout celle de ne jamais se tromper ; comme cela l'homme pouvait se dire qu'il n'était pas une erreur. Mais pour que l'histoire fût crédible, il fallait que le papa ne fût pas juste un vieux papi gâteaux alors on l'a rendu un peu sévère. Et puis cela permettait aux hommes de se surveiller, sinon ils auraient agi comme des enfants gâtés. Au moins, les hommes, soucieux de ne pas se prendre un grosse taloche tombée du ciel, évitèrent de faire n'importe quoi. Enfin, évitèrent, c'est vite dit. En réalité, ils firent et font encore n'importe quoi mais juste après ils se donnent de minuscules taloches en soupirant les yeux aux ciel. Ça n'évite aucun désastre mais ça leur donne une belle gueule de repenti. Or les hommes ont pile inventé l'idée que la sévérité fondait face aux repentis. Et plus fort encore, ils décidèrent qu'un ancien méchant valait mieux qu'un gentil constant. Pas bête.

As for me, I never tried to be kind just to be liked by my Lord. What Lord anyway ?
When I am dead, I will be six feet under and not in heaven, lost amongst clouds.
I never tried to be kind, anyway. I never tried to be liked either.
I just tried not to laugh when I slept with that sexy actor who prayed just before he came. Oh my god !

L'homme trouve beau tout ce qui lui ressemble. Il pourrait se lécher dans le miroir s'il n'était pas si froid. Il se trouve beau et ne veut pas se perdre. C'est pourquoi, il redoute de mourir. Heureusement il y a Papa et les enfants. Papa lui promet le Paradis. Les enfants assurent la continuité du sang qu'il boit tendrement dès qu'il s'écorche. Deux façons de croire qu'on ne mourra pas tout à fait. Deux façons de s'aimer pour toujours.

La fin de l'homme
Quand l'homme aura perdu tous ses poils et que ses habitudes l'auront rendu stérile, il devra bien songer à disparaître tout à fait. Il n'aura plus qu'à espérer que des extra-terrestres rangeront l'humanité dans un musée, et que cette espèce suscitera l'étude et la curiosité.
Mais avant qu'à sa gloire, on élève un autel, il lui faudra contempler son propre déclin. Mourra-t-il de faim, prisonnier d'une planète devenue trop étroite ? Finira-t-il grillé, irradié, empoisonné, écrasé par des bombes que son propre génie lui aura concoctées?

When my parents wrote to me, after seeing the most famous of my movies, I decided to leave LA. I decided to be the last one, the last mistake of this family. I will never be a mother.
I began to do theatre.
When I am on a stage, I feel secure.
I know you can't touch me. You are too well-educated to jump up here and to kick or kiss me. It's better and easier for you to stay in your dark chair. So, you have to listen to me, that's what you paid for. What a present ! Thanks to you, I no longer hide my thoughts, even the silly ones. For the first time in my life, I am face to face with someone who shuts up and I can say everything I want, everything. I would have paid for that !

 

 

 

l'atelier d'écriture

Tous les billets

© P.O.L 2019
Warning: mysql_fetch_row(): supplied argument is not a valid MySQL result resource in /home/vhosts/pol_editeur_com/pol-editeur.com/www/class/ListeMenus.inc.php on line 48