PETRARQUE

17 août 2010, 14h16 par Liliane Giraudon

 

Aux premières lueurs de l’aube, Pétrarque. Pétrarque nait le lundi 20 juillet à Arezzo « engendré en exil, en exil je suis né et au cours d’un accouchement si dangereux que sages-femmes et médecins crurent longtemps que ma mère était morte. Je connus ainsi le danger avant même de naître et je me représentai au seuil de la vie avec des présages de mort ». Pétrarque à Arezzo. Pétrarque à Incisa. Pétrarque et l’exil. Pétrarque à Pise puis à Avignon. Pétrarque étudie la grammaire à Carpentras. Le premier poème de Pétrarque. Le premier poème de Pétrarque écrit à la mort de sa mère (elle a 38 ans) : une élégie en hexamètre latin de 38 vers. Pétrarque et l’hexamètre latin. Les lectures de Pétrarque. Pétrarque étudie le droit à Montpellier puis à Bologne. Pétrarque lisant et annotant. La mort du père de Pétrarque. Pétrarque au service du cardinal Colonna. Pétrarque Chapelain. Pétrarque travaillant au rétablissement du texte des Décades de Tite-Live. Pétrarque dandy. Pétrarque « l’ardeur et le désir de voir les choses ». Pétrarque et saint Augustin. Pétrarque et la crise mystique. Le 24 avril 1336 Pétrarque se rend à cheval d’Avignon à Malaucène. Pétrarque et l’ascension du mont Ventoux. Pétrarque partagé. Pétrarque en crise. Pétrarque à Rome. Pétrarque revenu de Rome. Pétrarque et Avignon. Pétrarque ne parvenant pas à supporter la fastidieuse aversion qu’il éprouve pour celle qu’il nommera Avignon-Babylone lupanar. Pétrarque et Vaucluse. L’amour de Pétrarque pour Vaucluse « Je trouvai une vallée petite, mais solitaire et amène, nommée Vaucluse, à quinze milles d’Avignon ». La vita nuova de Pétrarque « enchanté par le charme de ce lieu, je m’y installai avec tous mes livres alors que j’étais déjà entré dans ma trente quatrième année ». Pétrarque et la liberté de penser, d’étudier, d’écrire. Pétrarque et Raymond Monet, paysan illettré s’occupant de sa maison sur la Sorgue. Les livres de la bibliothèque de Pétrarque et Raymond Monet domestique analphabète « son bonheur était à son comble quand je lui mettais quelque volume entre les mains…il soupirait, le serrait contre son cœur et appelait son auteur à voix basse. ». Pétrarque et Philippe de Cabassole évêque de Cavaillon. Le frère de Pétrarque. Pétrarque visitant la grotte de la sainte Baume. Pétrarque et Marie Madeleine. Les enfants de Pétrarque. La totale absence d’information sur les mères successives des enfants de Pétrarque (chapelain tenu au célibat). Pétrarque et Laure. Pétrarque et la date du 6 avril « Laure illustre par ses vertus et longtemps célébrée dans mes poèmes, apparut pour la première fois au début de mon adolescence, en l’an de grâce 1327, le sixième jour d’avril dans l’église Sainte Claire à Avignon, aux mâtines et dans cette même ville, au même mois d’avril, à la même première heure du jour, en l’an 1348, la lumière de sa vie a été soustraite à la lumière du jour alors que je me trouvais par hasard à Vérone, ignorant, hélas ! de ma destinée… ». Pétrarque et le nombre 7. Le 3ème multiple du nombre 7 chez Pétrarque « Amour vingt et un ans m’a tenu tout brûlant ». Pétrarque entre le 6 avril 1327 et le 6 avril 1348. Pétrarque solitaire et pensif. Pétrarque en larmes. Pétrarque et le portrait de Laure peint par Simon Martini. Pétrarque ne cessant de remanier ses poèmes. Pétrarque entre verdure et violettes. Pétrarque et son « Elle est toujours présente, et j’en suis tout détruit ». Les deux jardins de Pétrarque. Pétrarque et Scipion l’africain. Pétrarque un vendredi saint. Pétrarque projetant un recueil de 23 vies de héros romains depuis Romulus jusqu’à Titus. Pétrarque expédiant « Le Roman de la Rose » à son ami Guido de Gonzague. Pétrarque et la terza rima. Pétrarque et le cinquième Chant de l’Enfer de Dante. Pétrarque sachant comment amour guérit et tue. Les lettres en prose de Pétrarque. Pétrarque professeur d’art poétique et d’histoire. Pétrarque et Robert d’Anjou. Pétrarque couronné au Capitole comme poète, historien et philosophe. Pétrarque à Parme. Pétrarque et le trobar. Pétrarque et Arnaud Daniel. Pétrarque et Raimbault d’orange. Pétrarque et Folquet de Marseille. Pétrarque et Raimbaut de Vaqueyras. Pétrarque échangeant des leçons de grecs contre des cours de latin. Gherardo frère de Pétrarque devient moine chartreux. Pétrarque et sa fille Francesca. Les lectures de Pétrarque « J’ai lu Virgile, Horace, Boèce, Cicéron non pas une mais mille fois…et je ne les ai pas parcourus mais médités et étudiés avec un soin infini. Je les ai dévorés le matin pour les digérer le soir ; je les ai avalés pendant ma jeunesse pour les ruminer pendant ma vieillesse. Et ils me sont devenus si familiers, ils ont pénétré à ce point dans ma mémoire et dans mon sang, ils se sont tellement identifiés à mon esprit que même si dans l’avenir je ne les lisais plus, ils resteraient néanmoins en moi car ils ont plongé leurs racines dans la partie la plus intime de mon âme ». Pétrarque cessant tout rapport sexuel à quarante ans. Pétrarque à Parme atteint d’une attaque de gale. Pétrarque et Léopardi. Pétrarque et l’otium c'est-à-dire la non-action. Pétrarque attaqué par des brigands et tombant de cheval. La blessure de Pétrarque au bras de Pétrarque. Pétrarque découvrant à Vérone les 16 livres des Lettres de Cicéron à Atticus. Les mains de Pétrarque. Pétrarque et les confessions de saint Augustin. Pétrarque et Sénèque. Pétrarque et l’autobiographie. Pétrarque et l’épistolographie. Les larmes de Pétrarque. Pétrarque pleure en quittant son ami Guglielmo « Mes yeux ne te reverront peut-être plus mais sache que je ne t’oublierai jamais car toi et moi sommes une chose unique. ». Le petit chien de Pétrarque. Le petit chien que le cardinal Colonna offrit à Pétrarque. Pétrarque ne cessant de revoir et corriger ses textes. Pétrarque avouant « Je ne suis possédé que par une seule passion : je ne sais pas me rassasier de livres ». Pétrarque précisant qu’il n’est pas de plus grande liberté que la liberté de penser. Pétrarque observateur actif. Pétrarque et le cycle morbide des épidémies et des famines dans l’Europe de son temps. Pétrarque et saint Jérôme. Le latin dans la bouche de Pétrarque et sous la plume de Pétrarque. Pétrarque marquetant sa prose latine de sentences. Pétrarque « Je ne fus jamais moins oisif que quand je fus oisif ni moins seul que quand je fus seul. ». Boccace offrant un saint Augustin à Pétrarque. Pétrarque et l’expérience. Pétrarque vérifiant que l’intense méditation de la mort ne lui a été d’aucun secours. Pétrarque contemporain de Catherine Benicasa fille de Lapa et qui deviendra Catherine de Sienne. Pétrarque et Luchino Visconti seigneur de Parme. Pétrarque envoyant des surgeons de ses arbres à Luchino Visconti. Pétrarque et la peste. Pétrarque et les tremblements de terre. Pétrarque et l’églogue. Pétrarque la nuit qui suivit la disparition de Laure. Pétrarque et l’amour de loin. Pétrarque et Laure-laurea. Le cœur de Pétrarque. Le cœur de Pétrarque atteint d’une très amère douceur. Pétrarque et celle qui a visage de neige et cheveux d’or. Pétrarque à Mantoue (il écrit à Virgile pour l’informer de la grande renommée de ses œuvres et le prie de saluer pour lui Homère et Hésiode). Pétrarque et la guerre. Pétrarque et la mort. Pétrarque et le meurtre. Pétrarque et la corruption. Pétrarque ne cessant de réécrire ses lettres dont il garde une copie. Pétrarque au désespoir devant ses premiers cheveux blancs. Pétrarque corrigeant ses titres (« Livres de mes épîtres à diverses personnes » devient « Livres de choses familières » et passe de 12 à 24 livres.) Pétrarque en proie à l’agitation. Pétrarque et les jardins. Pétrarque et la botanique. Pétrarque et les grenouilles. Pétrarque un 6 juin à Mantoue. Il achète « L’histoire naturelle » de Pline l’Ancien et l’annote, y dessinant un croquis de Vaucluse « ma très agréable solitude transalpine ». Pétrarque et l’assassinat de ses amis. Pétrarque et la peste noire. Pétrarque chercheur de manuscrits. L’auteur du Décaméron allant à la rencontre de Pétrarque (la rencontre a lieu un après-midi d’automne, non loin de Florence. Il fait froid.). Boccace offre une bague à Pétrarque. Pétrarque blessé à la jambe gauche, sous le genou. Pétrarque apprenant l’assassinat de Jacopo de Carrare « S’il avait vécu plus longtemps, j’aurais mis fin à mes voyages et à ma vie errante. ». Boccace séjournant chez Pétrarque et recopiant certaines œuvres de Pétrarque. Le dernier séjour de Pétrarque en Provence (il y possède un chien et deux chevaux). Pétrarque biographe. Pétrarque et Laure à nouveau « où est celle qui eut ma vie dedans sa main ? ». Les 16 autres sonnets de Pétrarque en souvenir de Laure. Pétrarque passe un horrible hiver à Avignon. Pétrarque refusant l’offre d’un évêché « Je n’accepterai qu’une charge correspondant à mon tempérament et à ma profession ». Pétrarque exprimant dans de multiples lettres, sonnets, églogues, son dégoût pour la corruption de la papauté. Pétrarque redoutable polémiste. Pétrarque savant satiriste. Pétrarque instable. Pétrarque de penser en penser, de mont en mont. Pétrarque italien. Pétrarque Petrarca. Pétrarque stoïcien. Pétrarque mouvement. Pétrarque double langue. Pétrarque « puisqu’en chantant la douleur s’atténue ». Pétrarque et le temps. La religion de Pétrarque « Je vivrais mieux si je pouvais faire mon profit d’un remède que j’ai toujours conseillé aux autres : rechercher en moi cette paix que je n’arrive pas à trouver hors de moi, et trouver dans mon âme, bien mieux, en celui qui règne sur mon âme et l’illumine, ce repos que je ne trouve en aucun lieu de la terre. ». Pétrarque déclarant après Dante que l’Italie est toute entière opprimée par une éternelle tyrannie. Pétrarque et l’incertitude. Pétrarque et la précarité. Pétrarque et Mandelstam. Pétrarque dans la bouche de Mandelstam (il se le récite dans le train qui le conduit à Voronej). Pétrarque graphomane « C’est étrange à dire, je désire écrire, et je ne sais quoi ni à qui, et cependant, dure volupté ! le papier, la plume, les veilles nocturnes me sont plus chères que le sommeil et le repos… ». Pétrarque submergé par le courrier et les poèmes qui lui arrivent de tous les endroits du monde. Quittant Vaucluse un 16 novembre, emportant livres et manuscrits, Pétrarque prend la route de Gênes. Un véritable déluge force Pétrarque à s’arrêter à Cavaillon chez Philippe de Cabassole. L’insécurité des routes et les voyages de Pétrarque. Pétrarque ne quittant son cher Vaucluse qu’en mai et passant les alpes sans savoir qu’il ne reviendra pas. Pétrarque à Milan, prés de la basilique saint Ambroise « ma maison est très salubre et se trouve sur le côté gauche de l’église ». Pétrarque à Venise. Pétrarque organisateur de culture. Pétrarque habile diplomate. Pétrarque entre Parme et Padoue. Le goût de Pétrarque pour les surnoms. Pétrarque en mission à Venise. Pétrarque faisant parvenir à son frère une copie de saint Augustin. Pétrarque las de recopier ses manuscrits. Pétrarque et le dialogue. Pétrarque et l’insomnie. Pétrarque et les hallucinations nocturnes. Pétrarque et le mal aux dents. Pétrarque à Mantoue, en conversation avec l’empereur Charles. Pétrarque à Bâle. Pétrarque en mission à Prague. La lettre de l’impératrice Anne à Pétrarque. Pétrarque nommé comte palatin à la cour de Bohême. L’amitié de Pétrarque et de Pandolfo Malatesta. Les portraits de Pétrarque peints par Malatesta. La nouvelle maison de Pétrarque non loin de la porte de Côme. Pétrarque dort peu. Pétrarque dort mal. Pétrarque écrit et dicte. Pétrarque lit. Pétrarque fait peu de cas des vêtements qu’il porte. Le fils de Pétrarque. Giovanni fils de Pétrarque (chassé de la maison de Pétrarque et relégué à Avignon). Pétrarque élaborant et révisant sans cesse sa correspondance en prose. L’amour de Pétrarque pour les cartes de géographie. Pétrarque aime la peinture. Le Giotto de Pétrarque. Pétrarque se reposant à Venise. Pétrarque à Padoue, sur les traces d’un manuscrit grec. Pétrarque se plaignant de ne toujours pas disposer de la version latine de son Iliade et de son Odyssée. Les traductions d’Homère commandées à plusieurs reprises par Pétrarque à Léonce Pilate. Pétrarque adressant une lettre à Homère « voilà qu’au contraire maintenant, à mon grand étonnement, tu me plais, précisément mis en prose et en latin ». Pétrarque faisant relier son nouvel Homère. Boccace offrant à Pétrarque une copie de la Divine Comédie de Dante. Boccace précisant à Pétrarque que Dante n’avait pas écrit en langue vulgaire par ignorance du latin. Pétrarque niant être jaloux de Dante. Le retour du fils de Pétrarque. Pétrarque se blesse à la jambe gauche avec le Cicéron qu’il avait lui même recopié à Vérone en 1345. Pétrarque déménage et renvoie une partie de ses serviteurs qu’il considère insupportables. Pétrarque en mission à Paris, chargé de remettre deux bagues au roi Jean. Pétrarque à Padoue, apprenant la mort de son fils atteint de la peste. « Notre Giovanni, né pour mon tourment et ma douleur m’a procuré de graves et constantes préoccupations tant qu’il vécut et une peine intense quand il mourut ». Gerolano copiste de Pétrarque. Le Canzoniere de Pétrarque. Les 250 poèmes recopiés par Pétrarque sur 5 feuilles de 4 pages (aujourd’hui les feuilles 7-16 du Vat.lat-3196). Pétrarque retravaillant sans cesse son manuscrit, tentant de respecter l’ordre chronologique et recherchant la variété des formes métriques (sonnets, ballades, sextines, madrigaux…). Pétrarque et la sextine. Pétrarque et la double sextine. Jean-Claude Rousseau s’inspirant de Pétrarque et de la structure de la sextine pour son film « La vallée close ». Pétrarque et l’amitié. Pétrarque et le dolce still nuovo. Pétrarque et Dante. Pétrarque et Guido Cavalcanti. Pétrarque et Cino de Pistoia. Pétrarque (comme Becket) passionné par l’espace entre les langues. Un jour aux Busclats, René Char m’a parlé de Pétrarque et des loups dans la plaine de Cavaillon. Pétrarque et les stances de 18 vers. Pétrarque désir d’Amour. Pétrarque désir de gloire. Pétrarque polémiste. Pétrarque déplorant la mort de ses amis. Pétrarque et Boccace. Pétrarque proposant à Boccace de réunir sa bibliothèque à la sienne. En échange d’un logement tranquille dans Venise Pétrarque envisage de léguer (par héritage) sa bibliothèque à la basilique Saint Marc. Pétrarque et l’amitié « Le livre que l’un de nous prendra, l’autre l’ouvrira ; là où l’un posera son regard, l’autre lira ; quelle que soit l’herbe sur laquelle l’un s’allongera, l’autre sera à ses côtés ; chaque fois que l’un parlera avec soi-même ou avec d’autres, il verra son ami absent l’écouter attentivement.. ». Pétrarque et Urbain V. Pétrarque écrivant à Urbain V « comment peux-tu te nommer Urbain, ce qui revient à dire romain, et fuir en même temps Rome ? ». Pétrarque exigeant. Pétrarque employeur. Pétrarque exploiteur. Les deux départs du jeune Giovanni Malpaghini copiste de Pétrarque « lui…que j’ai toujours traité non comme un humble serviteur mais comme un compagnon cher, non comme un étranger mais comme un fils issu de mon sang… ». Pétrarque opposant la tradition latine occidentale au monde de la culture greco-arabe. Pétrarque ardent défenseur de la poésie, de l’éloquence et de la philosophie morale. Pétrarque et l’ignorance. Pétrarque et le mythe de la vie solitaire. Les triples versions et variantes de l’œuvre de Pétrarque. Pétrarque et l’amour contrarié. Pétrarque quitte Venise pour Padoue. Du Bellay traducteur de Pétrarque. Pétrarque et son « Mira res dictu scribere cupio nec quid aut scribam scio » c'est-à-dire « chose extraordinaire à dire j’éprouve le désir d’écrire sans savoir à qui ni de quoi »…
Eletta, petite fille de Pétrarque (et qui émeut Boccace, lui rappelant Violante, son enfant morte). Pétrarque et Francesco de Carrare. Pétrarque ambassadeur « Rencontrant partout sur les eaux et sur les rives des flottilles et des troupes armées, moi seul – que mon comportement mérite qu’on le taxe de folie ou de courage – je m’avançais intrépide et sans armes, et j’en sortis non seulement indemne mais avec honneur alors que tous proclamaient en chœur que nul à part moi n’aurait pu parcourir ce chemin aussi sûrement ». Pétrarque content. Pétrarque en route vers Rome où l’attend Urbain V. Pétrarque victime d’une syncope à Ferrare. Pétrarque historien. Pétrarque travaillant jusqu’à sa mort à son Epitomé concernant les plus illustres héros. Pétrarque déclarant Averroès ennemi du Christ. Pétrarque résumant sa vie dans une lettre à son ami Matteo « je lis, j’écris, je pense. C’est là ma vie et ma joie, comme toujours depuis mon adolescence. » Pétrarque ne pouvant rejoindre son ami Philippe de Cabassole nommé à Pérouse « tu te rappelles le sentiment de douceur et la sérénité que nous éprouvions lorsque nous errions dans les bois et trompions les recherches de nos serviteurs qui nous appelaient pour déjeuner et quand, alors que déjà le soir tombait nous nous étonnions d’être restés si longtemps sans nous souvenir de prendre de la nourriture…Comme ils étaient doux alors à nos oreilles le murmure de la Sorgue et le susurrement des oiseaux.. ». Pétrarque notant la date de la mort de son ami Philippe « Hélas désormais je reste presque seul ». Pétrarque ne cessant de travailler à la composition de ses Rimes et précisant dans un postscriptum qu’il a encore beaucoup d’autres poésies en langue vulgaire, écrites cependant sur de feuilles si vieilles et si usées qu’il est à peine possible de les lire. Pétrarque ordonnant de laisser des espaces blancs à la fin des deux parties du recueil (Laure vivante/Laure morte). Pétrarque traduisant en latin une nouvelle du Décaméron de son ami Boccace afin qu’elle puisse circuler parmi ceux qui ne comprenaient pas la langue vulgaire. Pétrarque ennemi déclaré du savoir sophiste et dialectique des écoles d’Oxford et de Paris.
Pétrarque et l’idée de la mort « Affronter la mort avec joie est le signe d’un bonheur profond tandis que l’affronter dans l’agitation est l’indice d’une faiblesse intérieure ». ». Pétrarque à Arquà « Ma dames est morte et elle a mon cœur avec elle ». Pétrarque mourant durant la nuit d’un 18 juillet. Trois siècles plus tard, trois jeunes garçons violent la tombe de Pétrarque. Trois siècles après ce viol, j’ai quinze ans. Je lis Pétrarque au bord de la Sorgue.

 

Liliane Giraudon 2009
 


Billet précédent | Tous les billets | Billet suivant |

© P.O.L 2019 | Crédits | Mentions légales