Laissées-pour-compte   

Robert Bober

Ce nouveau roman de Robert Bober qui se déroule entre 1949 et 1964 commence dans un atelier de couture que nous connaissons bien, celui de Monsieur Albert (Quoi de neuf sur la guerre ?). Il nous raconte l’histoire de trois vestes que les clients vont inexplicablement bouder parmi la collection d’été. Des « Laissées-pour-compte » qui vont d’abord se languir dans l’atelier mais, à cette occasion, découvrir aussi qu’elles sont douées de pensée et, entre elles, de parole. Alors, elles vont, tout en s’interrogeant sur les raisons qui les ont mises dans cette situation, observer et commenter ce qui se passe sous leurs yeux : occasion d’approfondir...

voir tout le résumé du livre >>

 

Consulter les premières pages de l'ouvrage Laissées-pour-compteFeuilleter ce livre en ligne

 

Robert Bober

Voir la biographie et la bibliographie de Robert Bober

 

Traductions

Russie : Text

La presse

Apatride vingt-cinq ans durant, réchappé de la Shoah, tailleur dans un atelier de confection après la guerre, le réalisateur de télévision Robert Bober, qui fut l’ami de Georges Perec, et demeure le complice de Pierre Dumayet, écrit depuis quelques années. Dans un style dépouillé, léger, mais au fond si grave. Imaginez quelqu’un qui essuie vite une larme de sa joue avant d’ouvrir la porte avec un visage avenant : c’est une page de Robert Bober. Aucune trace de pathos, mais quelle douce présence des morts, es absents, des idéaux révolus, des ébranlements intimes, des chagrins ravalés… Robert Bober est d’une ingénuité d’acier, il se souvient comme l’oiseau chante.

Après Quoi de neuf sur la guerre ? puis Berg et Beck, voici que paraît son roman le plus personnel et le plus accompli, sous ses airs de parabole apaisée : Laissées-pour-compte. Nous sommes en 1949, dans l’atelier de M. Albert et Mme Léa. Place au merveilleux, comme dans un tableau de Chagall : les humains sont observés du haut des cintres, par des habits doués de paroles et de pensées. Trois vestes, non pas faites de chair et de sang, mais de « prince de Galles », de « grain de poudre » et de « velours de laine ». Elles seront nommées d’après des titres de chansons de l’époque : Un monsieur attendait, Y a pas de printemps et Sans vous. Leur exode et leurs tribulations permettent à Rober Bobert de traiter l’air de rien – il défroisse le lecteur sans fer à repasser mais par la grâce de son écriture – de l’identité, de l’exclusion, de la mémoire et de l’oubli. Pourquoi tant d’êtres cantonnent-ils une part l’humanité dans leur angle mort ? « Laissées-pour-compte » s’orthographie, précise le dictionnaire, avec au sans traits d’union. Robert Bober a choisi les traits d’union. Voilà peut-être ce qui le caractérise le mieux…


Antoine Perraud, Télérama, 28 septembre 2005


© P.O.L 2016 | Crédits | Mentions légales