Cézanne un grand vivant   

Charles Juliet

Si les tableaux de Paul Cézanne ramènent Charles Juliet sur les lieux de sa propre adolescence, ils provoquent aussi en lui un questionnement sur la création, qu’elle soit celle du peintre ou celle de l’écrivain. Ce livre est un face-à-face troublant entre deux œuvres, il est aussi un échange, un dialogue entre deux solitudes tendues vers l’autre et vers la vérité, au-delà du temps, au-delà de la mort.

 

 

Consulter les premières pages de l'ouvrage Cézanne un grand vivantFeuilleter ce livre en ligne

 

Charles Juliet

Voir la biographie et la bibliographie de Charles Juliet

 

La presse

Sensations colorantes


L'aventure cézanienne est unique, et la correspondance du peintre en témoigne. Que dit-il, au juste, à Zola - fermé, mais le goût est rare ! et « l'art ne s'adresse qu'à un nombre excessivement restreint d'individus » -, à Emile Bernard, à Ambroise Vollard, à Charles Camoin, à Philippe Solari, à Francisco Oller, à Julien Tanguy, à Camille Pissarro, au poète Joachim Gasquet ? Vous voyez en surface, moi en profondeur. Je vois, et pour cette raison, « Je vous dois la vérité en peinture et je vous la dirai ».


Il se produit un événement considérable pour la peinture, en Provence, au début du XXe siècle ! Cézanne, à l'écart, dans l'indiférence quasi générale - « Quel malheur que cet homme n'ai pas eu plus d'appuis dans son existence ! », dira Monet -, écrit à son marchand : « Je travaille opiniâtrement, j'entrevois la "terre promise". Serai-je comme le grand chef des Hébreux ou bien pourrai-je y pénétrer ? » Il est épuisé, il va avoir 64 ans, ses sensations colorantes sont pourtant exacerbées, il fait de « lents progrès ». Trois ans plus tard, s'adressant à son fils au sujet de l'une de ses aquarelles qu'il juge harmonieuse, il lâche : « Le tout est de mettre le plus de rapport possible. » Il ne cherche pas à avoir raison en théorie, mais « sur nature » : « Je n'ai que la peinture à faire ».


C'est cette peinture, justement, que Charles Juliet interroge, en adressant une lettre émouvante à Cézanne : « Cette image-sensation est-elle dans un rapport de justesse, de fidélité, d'exactitude relativement à l'objet qui l'a suscitée ? » Juliet questionne et avance des réponses : « Vous vouliez voir comme celui qui vient de naître. » Et ce qui captive le critique d'art, c'est de traquer le peintre dans ces moments bénis où il était « établi en son centre » et « coïncidait » avec lui-même, le moment précis où Cézanne « sentait pour mieux savoir ».


Vincent Roy, Le Monde



Au souvenir d'Ambroise Vollard qui relate la mort de Cézanne, on se dit bon pour le titre.


Mais, la nuance qu'un jardin donne du paysage mise à part, on trouve que Monet fut aussi grand vivant à sa mort, qui ne survint cependant pas en 1906. On poursuit donc jusqu'à trouver dans la forme adoptée par ce texte une confirmation du titre. On pense aux Bénédictins dont les tombes ne portent qu'une seule date : celle du sens né.


Soudain, c'est à soi que veut s'adresser le texte ; par la première reproduction de tableau, page 11, et la possibilité de publier des reproductions pleine-page mais à la fois dans le corps du texte - continuité de lecture qui joue l'image en signe typographique avec parcimonie. On peut lire le tableau ; impression forte qui s'atténue aux reproductions suivantes, pas à la relecture de cette première-ci.


La posture de l'auteur est l'humilité devant l'oeuvre. Mais tout à la fois, son écriture est une audace sans mesure, sujette au rejet. Puis le texte passe de l'oeuvre physique à l'oeuvre pratique, et plus tard à l'oeuvre tout court. Ce petit livre pourrait donc être un écho fragmentaire d'une chose plus longue incluant son explicitation. Charles Juliet ne craint pas le standard du personnage Cézanne, il en prévient l'emploi dès le début du livre par une lecture pertinente de certains aspects des peintures, il fait ses preuves.


Montrant qu'il sait lire le vrai du standard, en passer les formes : de là certaines questions simplement belles, relatives au caractère synchrone et mûr du travail artistique dans la vie du peintre. L'énoncé des mains dont le geste, acquis, acquiert encore un sens accru. Le propos de l'auteur s'étaye de formules reprises de Cézanne - jusqu'à être scolaire dans le ton ; puis dans la forme, proposant même un plan de sublimation.


Mathieu Provansal, CCP


Et aussi

Charles Juliet Grand Prix de Littérature de l'Académie Française 2017
voir plus





© P.O.L 2016 | Crédits | Mentions légales