Dans la lumière des saisons   

Charles Juliet

Quatre saisons. Quatre lettres adressées à l’amie lointaine.

Jour de printemps. Il marche dans les vignes, les bois, alors qu’un poème se compose dans sa tête. Ce texte parle de l’avidité de vivre. De l’attente. L’attente de ce qu’aucun mot ne saurait nommer.

Nuit d’un été torride. Naguère, un enfant s’était enfoncé dans la forêt à la recherche de trois hêtres immenses. Il ne les avait pas trouvés, mais il avait vécu quelques minutes inoubliables près d’une source. Autre parcours : celui de l’aventure intérieure, avec ses aléas, ses angoisses, ses découvertes, et instamment...

voir tout le résumé du livre >>

 

Consulter les premières pages de l'ouvrage Dans la lumière des saisonsFeuilleter ce livre en ligne

 

Charles Juliet

Voir la biographie et la bibliographie de Charles Juliet

 

La presse

Les soliloques d'un silencieux


[...] Ecrire, pour Charles Juliet, c'est s'efforcer de devenir « plus clair, plus vaste, plus riche d'amour et de compassion ». De cette aventure intérieure, avec ses angoisses, ses découragements et ses épiphanies, témoigne son plus récent ouvrage, Dans la lumière des saisons, quatre lettres intimes, quatre poèmes en prose, où les saisons de l'âme se déclinent au diapason des saisons du calendrier. Dans une langue admirable de précision et d'épurement, Charles Juliet hausse les misères et les joies de l'intime et du singulier à la dimension de l'universel.


B. de C.,Les Lettres françaises, juin 1993



Charles Juliet écrit à une amie. Mais ce pourrait être à lui-même ou à tous ceux qui lisent des livres non pour s'évader mais pour se trouver. LA douceur d'une aube d'été, la découverte d'une source au coeur de la forêt..., tels sont les émerveillements de Juliet. Qui eût pensé que l'auteur d'un journal grave et sombre, douloureux combat contre les forces de la nuit et de l'ennui, connaîtrait cette lente remontée vers la lumière ? « La culpabilité, les tourments, les peurs ont disparu. Dans l'état où je suis, la vie calmement ruisselle, m'inonde, m'emplit de confiance, de ferveur, accroît mon amour des êtres et ma foi dans la vie. »


D. G., Le Figaro, juin 1991


Et aussi

Charles Juliet Grand Prix de Littérature de l'Académie Française 2017
voir plus





© P.O.L 2016 | Crédits | Mentions légales