Le Jardin de reconnaissance   

Valère Novarina

Le Jardin de reconnaissance : une « cavatine » en ce sens que le dialogue y vient, plus que jamais, creuser l’espace.
Trois personnes dans un jardin : un Bonhomme de terre, une femme changeante ; la troisième est un passe muraille : La Voix d’Ombre. Ils ne reconnaissent ni l’espace, ni notre langue ; ils s’insoumettent à l’image humaine. Ils interrogent notre sexualité et notre séparation. Pourquoi sommes-nous faits de temps et cependant étrangers à lui ?

 

 

Consulter les premières pages de l'ouvrage Le Jardin de reconnaissanceFeuilleter ce livre en ligne

 

Valère Novarina

Voir la biographie et la bibliographie de Valère Novarina

 

La presse

Parce que personne n'écrit comme lui, il faut aller écouter Valère Novarina. Son Jardin de reconnaissance dure une heure quinze : le temps de réinventer le théâtre.


Le Monde



La langue de Novarina est à la fois étrangère (par ses néologismes, ses répétitions) et familière. On la devine plus qu'on ne la comprend, un peu comme un enfant qui lit ses premiers livres ou un adulte face à une autre langue qu'il maîtrise à peine, et le plaisir qu'on y prend est aussi physique que mental.


Libération



Avec Valère Novarina il faut donc s'enivrer de sonorités, ne pas arrêter un sens : il surgit du rythme, en boule de feu, comme une comète. Novarina est un conteur des Milles et Une Nuits.


Le Nouvel Observateur


Agenda

Du vendredi 10 au vendredi 17 août 2018
Valère Novarina et les quatre sens de l'écriture (Cerisy)

Centre culturel international de Cerisy-la-Salle
Le Château
50120 Cerisy-la-Salle
 

voir plus


Et aussi

Valère Novarina au programme des lycées
voir plus

Valère Novarina & Denis Podalydès à l'Odéon
voir plus





© P.O.L 2018 | Crédits | Mentions légales