L'Amour des trois sœurs Piale   

Richard Millet

Carnet de croquis, journal, méditation ? Peu importe, car tout ce qui se lit dans ce texte s’entend musicalement et ces notes sur le désir sont aussi bien de musique. D’ailleurs une allusion à Mozart annonce d’emblée l’air du catalogue qui pourrait suivre. Mais il ne s’agit pas de cela : anonymes ou nommées, si tant de femmes ici traversent le champ magnétique du désir c’est qu’un geste, l’intonation d’une voix, un seul regard suffisent parfois à l’embrasement. Et si la dimension érotique de ce livre, son extrême sensualité sont évidentes, il est aussi une réflexion toujours relancée au gré des émotions et...

voir tout le résumé du livre >>

 

Consulter les premières pages de l'ouvrage L'Amour des trois sœurs PialeFeuilleter ce livre en ligne

 

Richard Millet

Voir la biographie et la bibliographie de Richard Millet

 

Traductions

Allemagne : Alexander Fest Verlag, Rowohlt | Etats-Unis : Northwestern University Press

La presse

Comme dans La Gloire des Pythre, Richard Millet use dans ce nouveau roman d’une langue oratoire, lente et riche, calculée et cependant vibrante, âpre dans les replis mêmes de ses fastes. Mais ici la subtile construction du récit, le déplacement constant d’une narration ample et polyphonique qui ne s’égare jamais, la manière d’insérer le passé dans un présent qui n’a rien d’artificiel, font de ce livre une réussite plus impressionnante encore…


Le Monde, 5 septembre 1997


Avec une maîtrise confondante, il emmêle le présent au passé, secoue la mémoire de son pays à coups de longues phrases hantées, de lentes imprécations. Mais loin de tout régionalisme, c’est de chacun d’entre nous que parle Millet, de la malédiction qu’il y a à exister. En cela, on peut dire que le plateau de Millevaches a trouvé son Faulkner.


Elle, 24 novembre 1997


Extrêmement dense, l’écriture de Richard Millet tisse une toile d’araignée autour des personnages, les enserre pour les capturer, presque les engluer. On apprend les secrets de famille. […] Le climat de fatalité qui règne dans ce récit s’installe, comme un poison distillé au fur et à mesure que le puzzle du passé est reconstitué et ses zones d’ombre éclaircies. La vie des uns et des autres s’entremêlent en un réseau de faits connus ou cachés, de sentiments avoués ou tus.


La Quinzaine Littéraire, du 1 au 15 octobre 1997

© P.O.L 2019 | Crédits | Mentions légales