Fins   

Jacques Jouet

Tout a une fin. Et tout, en général, n’en a pas plus d’une. On ne finit qu’une fois.

Et si « tout le narratif naît du malheur des hommes » (Raymond Queneau), l’arrêt de la narration ne peut se situer qu’au commencement du bonheur. Un roman ne peut s’achever qu’au commencement du bonheur : ils furent heureux et eurent beaucoup de quoi déjà ?

Le roman, qui peut beaucoup se permettre, peut bien essayer de finir à chaque pas. Oui, mais comment faire ? En minimisant le malheur des hommes, au jour le jour, et en étant à chaque fois contredit par la circonstance suivante.

Fins :

Axandine et Axandal s’aiment, disent...

voir tout le résumé du livre >>

 

Consulter les premières pages de l'ouvrage FinsFeuilleter ce livre en ligne

 

Jacques Jouet

Voir la biographie et la bibliographie de Jacques Jouet

 

La presse

Axandal et Axandine sont mariés et heureux. Au lit, lui est à gauche, elle à droite. Or, un beau jour ou plutôt une mauvaise nuit, Axandal se tord de douleur à gauche. Consulté, le docteur Doucement, après moult recherches infructueuses, lui suggère de changer de côté. Et ça marche mais foire à nouveau. Comme il rencontre Madame Doucement à une réunion de l’extrême droite, la thérapie peut peut-être être améliorée...
On peut à l’envi épiloguer sur toutes les fins possibles, à toutes fins utiles, avec ou sans l’aide de l’auteur, membre éminent de « l’Oulipo », lequel va gaiement et doctement dans le baroque, le loufoque, l’abscons, en triturant la langue française avec bonheur.


Notes bibliographiques, février 2000


© P.O.L 2019 | Crédits | Mentions légales