L'Origine rouge   

Valère Novarina

« Purgatorius ceratops, plesiadapis tricuspidens parapithecus grangeri , ælopithecus chirobates, ouranopithecus macedoniensis… » LA FEMME DU SÉPARACIDE essaye de mettre en ordre les ancêtres de l’homme ; puis elle accouche. JEAN TERRIER lui déclare son amour en algèbre. LE BONHOMME NIHIL essaye de se souvenir d’une dictée qui commençait par : « L’ autel était à Jérusalem mais le sang de la victime baigna l’univers »
En pleine nuit, L’HOMME EN MATIÈRE VIDE peint des anthropoglyphes sur le sol du théâtre, jette sommairement des figures, des organes, du schéma humain : ses personnages entrent vivent et le...

voir tout le résumé du livre >>

 

Consulter les premières pages de l'ouvrage L'Origine rougeFeuilleter ce livre en ligne

 

Valère Novarina

Voir la biographie et la bibliographie de Valère Novarina

 

La presse

Son théâtre n'est […] absurde que pour mieux apposer un voile de pudeur sur de douloureuses questions : qui sommes-nous ? d'où venons-nous ? à quelle heure est le prochain train pour Vélizy-le-Cotonneux ? Comme chez Ionesco (mais plus poétiquement), les mots préfèrent les lieux pas communs aux non-dits. Probablement notre dramaturge le plus créatif et le plus siphonné, Novarina gagne autant à être lu qu'à être vu sur une scène. Enivrant et fort comme une vodka pure.


Epok, novembre 2000


Agenda

Du vendredi 10 au vendredi 17 août 2018
Valère Novarina et les quatre sens de l'écriture (Cerisy)

Centre culturel international de Cerisy-la-Salle
Le Château
50120 Cerisy-la-Salle
 

voir plus


Et aussi

Valère Novarina au programme des lycées
voir plus

Valère Novarina & Denis Podalydès à l'Odéon
voir plus





© P.O.L 2018 | Crédits | Mentions légales