Le Bébé   

Marie Darrieussecq

Qu’est-ce qu’un bébé ?
Pourquoi si peu de bébés dans la littérature ?
Que faire des discours qui les entourent ?
Pourquoi dit-on « bébé » et pas « le bébé » ?
Qu’est-ce qu’une mère ? Et pourquoi les femmes plutôt que les hommes ?

 

 

Consulter les premières pages de l'ouvrage Le BébéFeuilleter ce livre en ligne

 

Marie Darrieussecq

Voir la biographie et la bibliographie de Marie Darrieussecq

 

Traductions

Allemagne : Carl Hanser | Australie/UK : Text publishing | Bulgarie : Colibri | Chine : Pengfeiyili | Danemark : Tiderne Skifter |Espagne : Anagrama | Estonie : Varrak | Hongrie : Palamart | Italie : Ugo Guanda Editore | Japon : Kawade Shobo | Pays-Bas : Meulenhoff, De Arbeiderspers | Portugal : Asa | Serbie : Paideia | Slovaquie : Sofa | Suède : Nordstedts

La presse

C’est un texte enchanteur qu’on ne quitte pas un instant, attendrissant, drôle, profond. Et surtout jamais mièvre.


Danièle Mazingarbe, Madame Figaro, 9 mars 2002



Le projet est plus vaste qu’il n’y paraît, comme toujours avec Marie Darrieussecq. Écrit sur des cahiers au fil des mois qui ont suivi la naissance, le livre se veut recueil de sensations, d’impressions, de réflexions aussi, comme autant de tâtonnements saisis au moment même où ils s’ébauchent, « tâtonnements qui rapprochent du bébé », de l’essentiel, ce début de vie, la mère et l’enfant liés… par endroits, on touche à l’indicible.


Isabelle Fiemeyer, Lire, avril 2002



Et puis, il y a des pages très fortes, et belles. Sur les petits gisants de la basilique Saint-Denis plongés, derrière l’envoûtement de marbre, dans un « sommeil blanc ». Sur la familiarité et l’étrangeté du nourrisson, son regard de « mourant » ou d’« aliéné ». Sur le besoin d’écrire pour éloigner les spectres et conjurer le sort. Une phrase, la dernière, justifie d’ailleurs ce livre : « Ce que je sais peu à peu de lui n’est nourri que des tâtonnements qui nous rapprochent. Il est fait de mots et de temps, de chair, d’élans. Aucun programme ne le code ; aucun désir n’a décidé de ce qu’il est. »


Jérôme Garcin, Le Nouvel Observateur, 4 avril 2002



Toutes les mères liront ce livre avec trouble et émotion. Les pères aussi. Seuls les carricatures de machos détesteront.


La Provence dimanche, 14 avril 2002



Marie Darrieussecq nous offre sans avoir l’air d’y toucher un exemple de ce que peut la littérature. Ce n’est pas si courant.


Alain Nicolas, L’Humanité, 4 avril 2002
La rubrique d’auteurs.net .

Agenda

Jeudi 23 janvier 2020
Marie Darrieussecq à la librairie Dialogues (Brest)

Café de la librairie Dialogues

Parvis Marie-Paul Kermarec

rue de Siam

29200 Brest

voir plus

Vendredi 24 janvier 2020
Marie Darrieussecq au TNB (Rennes)

Théâtre National de Bretagne

Salle Parigot

1, rue Saint-Hélier

35040 Rennes

voir plus

Jeudi 5 mars
Rencontre avec Marie Darrieussecq à la librairie Les Biens Aimés (Nantes)

Librairie Les Biens Aimés

2, rue de la Paix

44000 Nantes

02 85 37 36 01

voir plus

Vendredi 6 mars
Rencontre avec Marie Darrieussecq au Lieu Unique (Nantes)

Le Lieu Unique

2, rue de la Biscuiterie

44000 Nantes

02 51 82 15 00

voir plus


Et aussi

Marie Darrieussecq Prix des Prix 2013
voir plus

Marie Darrieussecq, Prix Médicis 2013
voir plus

Nous sommes Charlie, par Marie Darrieussecq
voir plus





© P.O.L 2019 | Crédits | Mentions légales