La Fiancée de Makhno   

Liliane Giraudon

Un établissement étrange pour commencer, un genre de décharge sociale, une réserve de clones auxquels on prélève les organes dont on a besoin à l’extérieur, avec ses exclus, ses reclus séparés des autres, tous ceux qui dans leur existence précédente ne cessaient de les contraindre et de les harceler : « le Centre ». On y voit passer quelqu’un qui pourrait bien être la représentation abîmée du marquis de Sade, seule conscience peut-être des enjeux politiques de la situation de violence et de confusion qu’une accélération des processus d’accumulation capitalistique a entraînée au-dehors. Mais...

voir tout le résumé du livre >>

 

Consulter les premières pages de l'ouvrage La Fiancée de MakhnoFeuilleter ce livre en ligne

 

Liliane Giraudon

Voir la biographie et la bibliographie de Liliane Giraudon

 

La presse

[...] La fiancée de Makhno prend lui, l'humanité à son propre piège : monde interlope d'un après saccage, d'une main mise des traficoteurs de la science sur la population génétiquement modifié et zonante dans un « Centre » qui n'offre guère d'espoirs d'ailleurs, tant l'ailleurs lui-même n'est que la périphérie puante du désastre. Pourtant, l'individu n'y paraît pas seulement oppressé mais en quelque sorte rendu à sa condition première, c'est-à-dire à son animalité, à sa sensitivité primaire. Tout est perdu sauf la sexualité pourrait-on parfois dire, puisque celle-ci prouve sa capacité à se nourrir des déviances politiques du monde. L'auteur fait cpïncider la scène fantasmatique et le théâtre des affrontements ; dans la putréfaction sociale un être de pulsions est ainsi réhabilité. Le collage pourra évidemment en déranger certains. D'autant plus que l'amalgame relève d'une pâte qu'excelle à travailler l'auteur à partir de la terre et dans laquelle se prennent les odeurs de merde et d'urine, les humeurs, les poils, une boue dans laquelle jouit et patauge le genre humain.


Christophe Fourvel, CCP, juin 2005

© P.O.L 2016 | Crédits | Mentions légales