Comprendre la vie   

Prix du Zorba 2012

Charles Pennequin

« Tous les matins je me lève je suis mort de rire », cette phrase, on la trouve à la page 22 du nouveau livre de Charles Pennequin et elle en donne bien la tonalité. Quant à cette autre : « tout amour vrai est un coup foireux porté à soi-même » elle en indique sinon le sujet principal, au moins une préoccupation récurrente car s'il s'agit de « comprendre la vie » l'amour est une question centrale… Ainsi entre rire grinçant, tragique et comique à la fois, et interrogations qui cachent soigneusement leur gravité derrière une véhémence grotesque sans pitié, Charles Pennequin se livre à un...

voir tout le résumé du livre >>

 

Consulter les premières pages de l'ouvrage Comprendre la vieFeuilleter ce livre en ligne

 

Charles Pennequin

Voir la biographie et la bibliographie de Charles Pennequin

 

La presse

« Tous les matins je me lève je suis mort de rire. » Étouffé de rire dans le sac du jour, le lieu le plus bas, là où ça sent l'être, « chez Plumeau » qui « crève dans sa peau ». Ch'ais plus mots, mais ça coule et dégorge avec l'énergie de la mort : livre-sac où s'agite un corps lesté qui là-dedans court à sa perte gauchement comme on pense chez Beckett, en attendant Fangio, vers le bas toujours car « l'homme est un poids ». C'est liquide et organique, sans ellipses possibles pour bien comprendre la vie : manuel de guerre et de grammaire par l'exemple, qui charrie les discours plats ou creux « comme un trou qui pense », toujours à la limite d'y tomber pour les revisiter de l'intérieur et c'est sa force, texte pansu et même avec soi sans réconciliation, où il s'agit de refuser d'être le bousier de l'utile et de « fermer sa gueule » jusqu'à la fin exclusivement.


Dominique Quélen, CCP, mars 2011.


Et aussi

Charles Pennequin Prix du Zorba 2012
voir plus


Vidéolecture


Charles Pennequin, Comprendre la vie, Comprendre la vie - 2010




© P.O.L 2016 | Crédits | Mentions légales