Abraham et fils   

Martin Winckler

Un jour du printemps 1963, une Dauphine jaune se gare devant le monument aux morts, sur la grand-place de Tilliers, petite ville de la Beauce. Elle transporte Abraham Farkas, médecin rapatrié d'Algérie,  proche de la cinquantaine et son fils Franz, âgé de neuf ans et demi. Abraham n’a qu’une seule préoccupation : son fils. Franz, lui, en a deux : son père et les livres. Leur vie a été brisée un an plus tôt par un « accident » qui a laissé Franz amnésique et dont Abraham ne lui parle jamais. Ils s’installent rue des Crocus, dans la grande maison où Abraham va se remettre à travailler. Ils vont devoir apprendre a vivre avec le reste du monde...

voir tout le résumé du livre >>

 

Consulter les premières pages de l'ouvrage Abraham et filsFeuilleter ce livre en ligne

 

Martin Winckler

Voir la biographie et la bibliographie de Martin Winckler

 

La presse

Lecteur des sixties



Sous la couette, armé de sa lampe de poche, Franz, bientôt dix ans, s'enthousiasme pour les aventures de Sherlock Holmes et pour Le Journal de Tintin, dévore romans d'aventures et illustrés avec la même passion qu'il éprouve en regardant Zorro. Sans doute parce que Martin Winckler, enfant, a dû avoir nombre de points communs avec Franz, on retrouve ces influences dans son plaisir de raconter, d'étirer le suspense et de faire triompher les bons, tout au long d'Abraham et Fils. On y suit Franz et Abraham (médecin et veuf) entre 1963 et 1964, alors que, après avoir quitté l'Algérie, ils se sont installés dans la petite ville de Tilliers-en-Beauce. Emouvant portrait d'une relation entre un père et son fils, tableau à petites et judicieuses touches d'une époque, ce roman est une déclaration d'amour à trois voix (à celles des protagonistes s'ajoute celle de la maison) au plaisir de partager des histoires.



Raphaëlle Leyris, Le Monde des livres, 4 mars 2016



La maison hantée



Au printemps 1963, un mystérieux médecin ouvre un cabinet dans un village. Et Martin Winckler ausculte les fantômes.


Une loi du genre littéraire veut qu'on ne fasse pas de bons livres avec de bons sentiments, alors Martin Winckler fait avec de très bons sentiments de très bons livres. Depuis son exil à Montréal, qu'il a choisie car elle marie le meilleur de New York et d'une ville de province française, l'auteur de La Maladie de Sachs et du Choeur des femmes nous envoie cette fois Abraham et fils, une histoire écrite à l'évidence pour le plaisir d'aller hanter la demeure familiale et patinée par les siècles qui fut la sienne au milieu des blés et des années 1960.
L'histoire commence au printemps 1963. Une Dauphine jaune comme le soleil qui tape ce jour-là vient se garer à l'ombre, juste à côté du monument aux morts, sur la Grand-Place de Tilliers, petite cité de la Beauce. En descend un homme d'une belle carrure à la John Wayne, clope au bec. Bientôt il s'installera ici pour reprendre en ville l'unique cabinet médical, bientôt tout le monde saura que ce médecin a quitté l'Algérie précipitamment à la suite d'un événement dramatique ; mais pour l'heure, c'est un étranger mystérieux dans une voiture jaune, avec son petit garçon de 9 ou 10 ans, qui, à l'arrière, est en train de lire un illustré (c'est comme ça qu'on dit alors pour désigner une bande dessinée). L'homme entre à l'hôtel et réserve une chambre.
Quelque temps plus tard, il rachète l'affaire d'un confrère et avec elle la maison qui lui tenait lieu de demeure et de cabinet de consultation, à l'ombre d'un grand clocher. Dans les étages, il y a de vastes chambres et un grenier, et au jardin, des murs couverts de lierre, une balançoire, des dépendances. Au fond de la penderie du premier étage, une porte cachée livre des secrets qui agitent le village en ravivant ce qui s'est passé sous l'Occupation. Plus que jamais, Martin Winckler excelle dans l'art de rendre captivants les jours qui passent et se ressemblent. La profondeur du dialogue entre père et fils, le souci constant d'Abraham de jeter les bases d'un savoir sur les choses de la vie, initiation sans laquelle l'éducation est un vain mot, sont de toute beauté.



Anne Crignon, L'Obs, 10/16 mars 2016

Agenda

Du 30 Janvier au 17 Février 2017 de 20h30 à 20h55
Rediffusion de "La Maladie de Sachs" de Martin Winckler

voir plus

Vendredi 17 mars 2017
Rencontre avec Martin Winckler à la librairie Folies d'encre (Montreuil)

Librairie Folie d'encre

9, avenue de la Résistance

93100 Montreuil

voir plus

Jeudi 30 mars 2017
Rencontre avec Martin Winckler à la librairie Filigranes (Bruxelles)

Librairie Filigrane

Avenue des Arts 39

1040 Bruxelles

Belgique

voir plus


Vidéolecture


Martin Winckler, Abraham et fils, Martin Winckler Abraham et fils - février 2016

voir toutes les vidéos du livre




© P.O.L 2016 | Crédits | Mentions légales