Beast   

Elsa Boyer

L’écriture de Beast est née de deux éléments : l’envie de mettre en scène un personnage de chanteur et la vision d’un reportage sur le véhicule présidentiel de Barack Obama, une Cadillac blindée et suréquipée dénommée, pour cette raison, « The Beast ». Ces deux points ont fini par trouver une forme plus nette à travers un récit articulé autour d’un président véhiculé de show en show, ou meeting en meeting, qui use de sa voix, d’images, de déhanchements aussi, pour frapper les cœurs et crânes de ses auditeurs. Le livre ne suit pas une carrière politique mais...

voir tout le résumé du livre >>

 

Consulter les premières pages de l'ouvrage BeastFeuilleter ce livre en ligne

 

Elsa Boyer

Voir la biographie et la bibliographie d'Elsa Boyer

 

La presse

Un cortège de figures hybrides affublées de noms d’animaux – coq, rat, cheval et une non moins mystérieuse diva – se partagent les rôles de la fiction d’Elsa Boyer, qui se déplace cette fois sur le terrain politique. La « bête » du titre renvoie autant à la Cadillac présidentielle, « tank d’apparat » où défile un monde filtré, qu’au coq-président qu’elle promène dans le ballet mécanique des meetings. Bête politique dopée à l’adrénaline des résultats, bête de scène et même de foire, tant il se prête à toutes les contorsions du pouvoir pour gagner la faveur de l’opinion, son corps est façonné par l’ambition, ses expressions dessinées pour toucher le public « au cœur, à l’estomac, à la gorge, au cerveau » à travers des discours savamment orchestrés. Une armée de scénaristes-communicants travaille à écrire les mots et les gestes de cette chair à fiction, imagier politique dont il faut coûte que coûte retarder l’effondrement par des subterfuges langagiers et cosmétiques : on maquille la réalité et le président, jusqu’à lui substituer une doublure, une image pour une autre image.
A rebours des contes de faits échafaudés par des professionnels du storytelling, le centre du récit ne cesse de se déplacer au profit d’un écheveau de situations irrésolues. Des basses-cours des trafics aux hautes sphères du pouvoir, la topographie élastique nous entraîne dans les méandres des descriptions hyper et macroscopiques du corps politique pris dans un processus d’épuisement. La littérature se saisit d’effets proprement cinématographiques pour attaquer les scènes sous tous les angles et sonder les multiples dimensions visibles des personnages, mais aussi glisser sous les os, naviguer entre les cellules et ainsi faire saillir des espaces visuels et sonores qui nous semblaient alors inconnus.


Anne Marquez, Artpress n°425, septembre 2015



Règne animal


Entre fable et mythe du Léviathan, le quatrième roman d’Elsa Boyer s’impose par son style : la politique spectacle y est dépeinte comme un tableau baroque.


Un coq, un rat, un cheval se retrouvent en secret dans une pièce. Ils y complotent un coup d’Etat. Personne ne doit savoir qu’ils se connaissaient. Chacun doit tenir son rôle. Le coq deviendra le président : jouant de son corps fier et orgueilleux, il se donne à la foule en délire comme une rock «reprend en main les trafics ». Il deal. Le rat fait le sale boulot dans les égouts. Il détourne l’attention. Et puis il y a la première dame, « la diva que réclamait le président », par laquelle tout partira en vrille. On retrouve dans Beast ce qui séduisait dans les rois livres précédents d’Elsa Boyer. D’abord cette façon de traiter des sujets ambitieux par le biais de la fable, politique donc : un bestiaire qui rappelle autant La Ferme des animaux de George Orwell qu’Ainsi parlait Zarathoustra de Nietzsche ? Ensuite ces personnages posés comme des archétypes, qui ne pourront sortir de leur rôle que pour se transformer en monstres. Elsa Boyer décrit admirablement la façon dont les corps se détraquent, machines délirantes en surrégime. Les soubresauts du corps présidentiel font penser aux évêques qui hurlent de Francis Bacon, le récit se transformant alors en tableau baroque, magnifique. Cette bête aussi tient du Léviathan, monstre du chaos primitif de la mythologie phénicienne devenu avec Thomas Hobbes une métaphore de l’Etat.


Enfin, cette écriture, poétique : l’auteur se permet toutes les digressions et observations qu’elle juge utiles. Elle sait travailler ses obsessions au corps à corps, y revenir inlassablement sans perdre pour autant le lecteur en chemin, tant le tout est maîtrisé, avec ce tempo haletant comme un bon thriller politique. Chacun y verra ce qu’il voudra : la diva et son coq rappellent le couple Bruni-Sarkozy, la scène de l’attentat dans la voiture présidentielle évoque l’assassinat de JFK. Là n’est pas l’essentiel. Comme dans toute fable, c’est moins la lune que le doigt qui la pointe qu’il faut regarder.


Y.P pour Les Inrockuptibles, 27 mai 2015.


Vidéolecture


Elsa Boyer, Beast, Beast Elsa Boyer avril 2015




© P.O.L 2016 | Crédits | Mentions légales