Troisième Personne   

Valérie Mréjen

On était deux, on devient trois, ce n’est pas rien...Valérie Mréjen décrit et essaie de comprendre ce bouleversement dans la vie quotidienne, mais aussi dans la perception que l’on a du monde. C’est un regard surpris, perplexe qu’elle porte sur l’enfant qui survient et, du coup, sur ce qui l’entoure : les gens comme les choses, les comportements. Tout en s’autorisant des décrochages et des digressions le texte, comme d’habitude écrit dans la plus grande simplicité et la plus belle plasticité, suit les premières années de l’enfant et ce dès la sortie de la clinique, avec immédiatement, alors que le taxi ramène chez eux la mère,...

voir tout le résumé du livre >>

 

Consulter les premières pages de l'ouvrage Troisième PersonneFeuilleter ce livre en ligne

 

Valérie Mréjen

Voir la biographie et la bibliographie de Valérie Mréjen

 

La presse

« IL » ETAIT UNE FOIS



Troisième personne est le livre le plus joyeux et emballant de ce début d’année.



Avouons-le, on aurait aimé écrire Troisième Personne , de Valérie Mréjen, et on est prêt à parier que tout parent adorerait être l'auteur de ce récit sobre, jamais mièvre et pourtant complètement amoureux, qui relate les sensations et étapes de la naissance d'un bébé jusqu'à ses premiers pas de course, quand l'enfant se précipite pour saluer les vagues. Comment raconter ce miracle toujours renouvelé de l'arrivée d'un nouvel être à la maison, les menus bouleversements, la fatigue, l'inquiétude, et surtout l'émerveillement : celui du bébé pour le monde nouveau et celui qu'on lui porte, alors qu'il ne cesse de bouger. Comment saisir ce mouvement ? Valérie Mréjen a une baguette magique, un truc, pour éviter l'attendrissement poisseux et provoquer l'identification du lecteur vers quelque chose de plus universel : la troisième personne Qui n'est pas seulement le nouvel arrivant, mais la forme grammaticale privilégiée pour évoquer la mère, le père, et tout ce que la mémoire gomme : les premiers bruits de succion, le premier rire aux éclats, le premier « je t'aime » du nouveau-né, sa première conscience d'autrui, mais aussi les deux octogénaires aux boucles gris mauve, sur le quai d'un métro, qui pressent le pas pour embrasser le bébé qu'elles auront oublié deux minutes plus tard. Dans cette nouvelle vie, il y a bien sûr l'épuisement et la difficulté à se mettre à travailler le soir, puisque la journée est entièrement dévolue au petit être, mais aussi la première fois où la mère parvient enfin à dire « ma fille » dans une conversation, c'est-à-dire à se positionner autrement. Le récit pourrait être énumératif. Il ne l'est jamais, car Valérie Mréjen est continuellement réflexive, chaque remorque engendre sa pensée qui rejoint constamment celle du lecteur. On rêve de glisser ce livre dans toutes les poussettes des bébés connus, inconnus, croisés dans la rue, dans la besace des futurs parents, grands-parents, parrains, marraines. Et finalement dans les mains de l'humanité tout entière.



Anne Diatkine, ELLE, 6 janvier 2017





Dans l'oeuvre en forme de carnet du jour que fait épisodiquement paraître Valérie Mréjen, les faire-part de décès et de naissance se succèdent avec la même intensité. Après s'être arrimée à la mort, dans son puissant livre-tombeau Forêt noire (2012), la voilà qui se blottit au creux de la vie, dans ce délicat ouvrage échographique, dont le titre, Troisième personne, est une caresse au nouveau-né qui vient transformer le quotidien d'un couple. Loin d'elle la tentation de rechercher la complicité de celles qui sont passées par là, ou de céder au nombrilisme de la femme persuadée que la circonférence de son ventre fécondé équivaut à celle du globe terrestre.

Dans une écriture très distanciée, et pourtant enfouie à l'intérieur de la chair d'une parturiente, Valérie Mréjen capte les changements subreptices que cette mise au monde implique. Transparentes et décidées, ses phrases filent comme le temps, et suivent la croissance d'une petite fille invisible, jamais nommée, mais promise à l'inéluctable détachement. Comme toujours chez cette écrivaine, l'admi­ration pour Nathalie Sarraute se chuchote entre les mots, simples, essentiels, concrets, un peu moqueurs parfois, et soudain retenus. Un roman dense, manifeste et léger comme le souffle d'un nourrisson, que toute future mère devrait glisser dans sa valise pour la maternité.



Marine Landrot, Télérama, 9 janvier 2017

Agenda

Du mercredi 8 au dimanche 12 mars 2017
Fête du livre de Bron
Avec Emmanuelle Pagano, Bertrand Belin, Valérie Mréjen et Valère Novarina

Fête du livre de Bron

Hippodrome de  Parilly

4-6 Avenue Pierre Mendès France

69500 Bron

voir plus

Du 31 mars au 2 avril 2017
Emmanuelle Pagano Nicolas Fargues + Iegor Gran + Valérie Mréjen + Rebecca Lighieri à l'Escale du Livre (Bordeaux)

Escales littéraires Bordeaux Aquitaine
15, rue Professeur Demons
33000 Bordeaux
05 56 10 10 10
contact@escaledulivre.com

voir plus


Vidéolecture


Valérie Mréjen, Troisième Personne, Valérie Mréjen lit les premières pages de Troisième Personne




© P.O.L 2016 | Crédits | Mentions légales