Vrac   

Bertrand Belin

« Vrac est le livre par lequel m’est donné la possibilité de mettre enfin en langue des expériences sensibles appartenant à mon enfance et mon adolescence. Passé marqué par la confiance déposée dans la conquête nécessaire de la maîtrise du langage, perçue comme attribut d’un autre camp, maîtrise constituant la seule voie capable de conduire à l’amélioration de ce que je ne percevais pas alors très clairement comme ma condition » (Bertrand Belin).

Vrac est un archipel de fragments, poèmes, anecdotes, affirmations, adages, définitions, pensées pour tenter de dire son enfance, ses origines....

voir tout le résumé du livre >>

 

Consulter les premières pages de l'ouvrage VracFeuilleter ce livre en ligne

 

Bertrand Belin

Voir la biographie et la bibliographie de Bertrand Belin

 

La presse

Extractions de la zone d’oubli


Entre proses fragmentaires et poèmes, le nouveau livre de Bertrand Belin fore la mémoire pour en rapporter les sédiments d’une enfance étouffée. Et fixe la matérialité des origines.


Avec Vrac Bertrand Belin ne déroge pas à une règle qui se fait jour dans son œuvre : chaque livre sera différent de ceux qui l’ont précédé mais tous auront cette même marque de fabrique singulière, difficile à identifier pourtant mais impossible à ignorer. Comme un peintre qui changerait de méthode mais conserverait une « patte » permettant d’identifier l’origine de chaque tableau.
« Vrac » : le titre est jeté sur la couverture sans mention de genre. Poésie ou prose, les textes que regroupe ce livre émargent en tout cas à la littérature dans ce qu’elle a de plus nécessaire : dire l’indicible, faire avec les mots un lieu à soi, habitable peut-être, inscrire au présent les traces d’un passé. Se dépatouiller, peut-être, avec ce qui surgit. Ainsi du texte choisi en quatrième de couverture : « Oublier/ a la préférence/ des secoués./ Mais le passé minable attendait mi-clos. » Ce passé « minable » on l’avait découvert en lisant le magnifique Requin, premier roman de l’écrivain : une enfance entre la violence du père et la brutalité de la misère, le mauvais vin et la fierté des pauvres. Quelque chose de noir et de dur inscrit entre les lignes d’un roman à l’écriture éclatante, lumineuse, comme si déjà la beauté des phrases tentait de masquer la laideur de leur source…
Vrac ressemble à ces établis de mécaniciens où auraient été déposées les pièces d’un moteur démonté. Chaque texte est ici un morceau extrait de la mémoire : images, pensées, mots, objets restitués souvent dans une langue volontairement pauvre comme s’il s’agissait de ne pas altérer, ne pas déformer ce qui revient du passé. Ne pas, surtout, le magnifier…
Poser sur la page ce qui frappe sans cesse à la porte du souvenir et le faire sans complaisance, n’est pas aisé : il ne s’agit pas ici pour l’auteur d’exposer son nombril, d’exhiber quelque médaille que ce soit glanée au dur combat de vivre. On serait plutôt du côté de la cruauté chère à Artaud : la langue épingle ce qui bouge encore d’un passé qui ne passe pas.
« La politesse, l’obéissance, l’aplatissement, ont toujours eu leur rond de serviette aux soupers lugubres des belin. L’art de la domination est avant tout russe et chinois. » Ici la cruauté est autant dans le glissement qui nous fait passer de « la politesse » à « l’aplatissement » que dans la métaphore du rond de serviette qui marque à la fois les habitudes où enliser la vie et ce faux-semblant dans lequel une famille se complaît. Le rond de serviette comme la marque d’une notabilité minimale pour masquer la violence du père, l’absence d’argent, les vols commis dans le voisinage… Mais aussitôt la blessure ouverte, exhibée, la dernière phrase vient la recouvrir comme la fermeture éclair d’un sac à cadavre. Il en va ainsi dans le livre de beaucoup de phrases aphoristiques ou axiomatiques. Comme si, le passé réapparu dans le présent, il convenait de lui faire un sort par la langue. L’inscrire sur le cahier de l’écriture revient à la fois à le ressusciter et, tel l’entomologiste avec l’insecte, à l’épingler dans la syntaxe.
Ne s’agit-il pas aussi, avec ce genre d’affirmation, d’échapper à l’aveu intime ? Quitter le lieu de l’affect pour celui de la connaissance, opposer à l’indicible trauma la perfection d’une définition quitte à reprendre, mais clownesquement l’usage du faux-semblant. Comme ces enfants au genou écorché qui se relèvent en déclarant d’une voix tremblante, qu’ils n’ont même pas mal ?
Mais de blessure en blessure, d’aveu en axiome, Vrac finit, paradoxalement, par renverser le propos. Comme le papier photographique trempé dans un révélateur, le livre laisse apparaître une forme de dette, d’hommage même. Non pas au père, mais à ce peuple de misère que l’on rétribue en lui offrant cette fierté de pacotille : celle d’être poli, celle de posséder des ronds de serviette, celle de pouvoir à son tour exercer la violence du pouvoir quitte à ce que ce soit sur ses propres enfants.
Musicien est chanteur encensé, comédien et acteur, Bertrand Belin est un habitué de la scène, des projecteurs et des poursuites : d’une lumière propre à effacer toutes les ombres. Ses chansons (l’album Persona en témoigne), ses romans et Vrac tissent sans faillir le cordon ombilical qui relie l’homme de lumière à l’enfant de la nuit. Plus encore : la voix amplifiée du chanteur à celles à jamais tues d’un peuple ignoré.

Thierry Guichard, Le matricule des anges, octobre 2010



"Bertrand Belin en verve", un article de Roger-Yves Roche à propos de Vrac, à retrouver sur la page de En attendant Nadeau.



"Forages en forêt obscure", un article de Maryline Heck à propos de Vrac, à retrouver sur la page de Diacritik.


Vidéolecture


Bertrand Belin, Vrac, Vrac Bertrand Belin




© P.O.L 2019 | Crédits | Mentions légales