La Gloire des Pythre   

Richard Millet

C’est en Corrèze, sur le plateau de Millevaches, l’histoire de la famille Pythre, une histoire qui va de la fin du siècle dernier à nos jours.
Au commencement, il y a André Pythre qui arrive un soir au village, venu d’un canton voisin, le bout du monde, avec une demi-idiote, sa femme ou sa domestique, on ne sait. André Pythre est un personnage hors du commun, taciturne et mélancolique, en qui semblent se résumer des siècles de privations et d’entêtement à survivre en même temps qu’une volonté féroce de s’en sortir, d’échapper au nom impossible, au granit, à l’eau, au ciel trop bleu, à la jalousie des autres, à cette...

voir tout le résumé du livre >>

 

Consulter les premières pages de l'ouvrage La Gloire des PythreFeuilleter ce livre en ligne

 

Richard Millet

Voir la biographie et la bibliographie de Richard Millet

 

Traductions

Allemagne : Alexander Fest | États-Unis : Northwestern University

La presse

Chronique d'un certain misérabilisme corrézien, tel pourrait être le sous-titre du dernier roman de Richard Millet, qui dresse ici le portrait, extraordinairement réaliste, de la famille Pythre, au destin irrémédiablement voué à la damnation. […] Un roman dont la noirceur n'a égal que le talent de son auteur.


L'Événement du Jeudi, le 21 septembre 1995


Méfiez-vous du bon air de la campagne qu'il vous fait respirer : La Gloire des Pythre, de Richard Millet, est sans doute le roman le plus original et le plus noir de la rentrée.


Le Nouvel Observateur, le 31 août 1995


L'alliance de la mort et de l'érotisme n'est pas une invention de l'écrivain, mais le roman de Millet donne à cette thématique convenue une puissance expressive peu commune qui tient précisément à la beauté de la langue, à ce rythme particulier et à la scansion presque déclamatoire de sa phrase. Le monument élevé par Millet à La Gloire des Pythre est d'imposantes dimensions et de proportion majestueuse.


Le Monde, le 13 octobre 1995


Voilà un grand livre farouche, effarouché sur un coin de terre hostile et goulue des morts.


Le Figaro, le 14 septembre 1995


© P.O.L 2019 | Crédits | Mentions légales