Les Services compétents   

Iegor Gran

Les Services compétents, ce sont les services du KGB dans les années 1960 en Union Soviétique. Le lieutenant Ivanov traque un certain Abram Tertz, pseudonyme choisi par un drôle d’écrivain qui s’échine à faire passer ses nouvelles fantastiques en Occident. Il sera identifié après six longues années d’une enquête souvent dérisoirement cocasse : de son vrai nom André Siniavski, avec sa femme, Maria Rozanova. Ce sont les parents du narrateur.

Pour écrire ce roman, Iegor Gran s’est lancé depuis plusieurs années dans un important travail de documentation. Il raconte ainsi le dégel post-stalinien. Depuis 1958 et l’affaire...

voir tout le résumé du livre >>

 

Consulter les premières pages de l'ouvrage Les Services compétentsFeuilleter ce livre en ligne

 

Iegor Gran

Voir la biographie et la bibliographie d'Iegor Gran

 

La presse

Histoire d’un livre


Des kagébistes tellement humains


COMME AIME LE PRÉCISER IEGOR GRAN, la citation la plus célèbre de son père, l’écrivain André Siniavski (1925-1997), est la suivante : « Je n’ai, avec le pouvoir soviétique, que des divergences esthétiques. » L’enjeu du débat : le réalisme socialiste. C’est dire combien Siniavski n’était en rien prédestiné à devenir le premier « dissident » soviétique. Aucune volonté de sa part d’abattre le « rideau de fer ». Seulement le désir de pouvoir écrire des livres de science-fiction ou des aventures fantastiques, et de réfléchir, dans un article, au pouvoir de la littérature.
Grotesque, le motif qui lui valut d’être déporté au goulag l’est tout autant que l’amateurisme du KGB, qui mit six ans à identifier l’auteur de l’article scandaleux, publié anonymement dans la revue Esprit par Jean-Marie Domenach, en 1959. Les « services compétents » rament, et Iegor Gran s’en donne à cœur joie pour le faire savoir dans son quatorzième roman.
Mais Les Services compétents, malgré le caractère évidemment antiphrastique de son titre, n’a rien d’une satire gratuite, encore moins d’une critique facile. Si le KGB pédale dans la semoule, c’est justement que ses officiers sont humains. Idéologiquement convaincus, mais pas foncièrement plus sadiques que d’autres. Dépassés par les mutations d’une époque où se développent le désir de liberté, l’envie de consommer et le marché noir, ils se heurtent, qui plus est, au génie loufoque de Maria Rozanova, la mère de Iegor Gran, laquelle ne cesse de les désarçonner par ses réactions atypiques et ses questions farfelues. Du grand art.

Florence Bouchy, Le Monde, 09 janvier 2020




LES SERVICES COMPÉTENTS


À travers un bel hommage à son père, célèbre dissident soviétique, l’écrivain pose son regard rieur sur l’URSS et sur sa bêtise, terrifiante.


Un patronyme peut en cacher un autre. Derrière celui d’Iegor Gran se dissimule le nom de son père, Andreï Siniavski, célèbre dissident soviétique, lui-même un temps tapi derrière le pseudonyme d’Abram Tertz pour écrire des livres satiriques qui le menèrent au goulag de 1966 à 1971. Il faut beaucoup de savoir-faire pour fabriquer une telle généalogie gigogne, typiquement made in CCCP. Un solide matériau de départ, condensé d’intelligence et de fantaisie. Et un air ambiant bien vicié, brejnévien par exemple, pour que les défenses immunitaires prolifèrent à leur aise. Pour la première fois, Iegor Gran ouvre les poupées russes de son passé familial, sans se départir de ce qui a toujours fait le sel de ses livres, comme O.N.G ! (2003) ou L’Écologie en bas de chez moi (2011) : l’humour grinçant, rempart contre la bêtise environnante, surtout quand elle confine à l’horreur.
L’écrivain a une double hérédité côté zygomatiques, si l’on en croit l’exquis portrait qu’il fait de sa mère, Rozanova, dès la scène d’ouverture, où elle se gausse effrontément d’un agent du KGB venu fouiller son domicile et lui annoncer que son mari est détenu dans leurs locaux : « Quel soulagement ! Merci capitaine ! Vous n’imaginez pas le mauvais sang que je me faisais ! Et s’il était allé chez une autre femme ? Vous, vous n’allez jamais chez une autre femme que la vôtre, capitaine ? » Le capitaine se décompose intérieurement, mais n’en laisse rien paraître. Lui aussi se cache derrière son costume officiel, que lui emprunte Iegor Gran avec une joie vengeresse, en se mettant dans sa peau flasque et penaude tout au long du livre. Parce qu’il était bébé à l’arrestation de son père, il n’a gardé de cette époque que des souvenirs inconscients d’odeurs, de voix, de lumières, d’empoignades, d’atmosphères, incrustés depuis dans les différents récits de cet épisode fondateur entré dans l’Histoire.
Cette double source rend la quête originelle d’Iegor Gran très émouvante et authentique, avec une prolifération de détails sur cette ère du soupçon multiforme, où l’amateurisme le plus lâche se teintait de sang-froid féroce pour exécuter les pires tâches liberticides. Il balaie cette époque de son regard rieur et tranchant, favorisant toujours l’humanité des êtres, même les plus ridicules, à l’image de son père, qui refusa de demander une libération anticipée pour goûter plus longtemps la beauté des rapports humains en détention. Jamais il ne dit « mon père » ni « papa », mais « cet homme », ou Siniavski, tout simplement. Il n’y a là aucune distance, juste la déférence pudique pour une figure vivace comme une plante, « une sorte de lichen [...] capable de s’adapter au sol lunaire si on lui en donnait l’occasion ». Le texte poudreux et plein de cratères de ce livre constitue un sol idéal pour qu’il reprenne vie et regarde fièrement les jeunes pousses se développer à ses côtés.

Marine Landrot, Télérama, janvier 2020


Agenda

Mardi 28 janvier
Iegor Gran à la librairie Ombres Blanches (Toulouse)

Ombres Blanches

50, rue Léon Gambetta

31000 Toulouse

voir plus

Mardi 11 février 2020
Rencontre avec Iegor Gran à la librairie Au fil des pages (Le Havre)

Librairie Au fil des pages

81, rue Paul Doumer

76600 Le Havre

voir plus

Vendredi 14 février 2020
Rencontre avec Iegor Gran à la librairie Atout Livre (Paris)

Atout Livre

203 bis, avenue Daumesnil

75012 Paris

voir plus

Mercredi 19 février 2020
Iegor Gran à la librairie Le Square (Grenoble)

Librairie Le Square

2, place du Docteur Léon Martin

38000 Grenoble

voir plus

Jeudi 20 février 2020
Rencontre avec Iegor Gran à la librairie Passages (Lyon)

Librairie Passages

11 rue de Brest

69002 Lyon

voir plus


Vidéolecture


Iegor Gran, Les Services compétents, (comment j'ai écrit) Les Services compétents

voir toutes les vidéos du livre




© P.O.L 2019 | Crédits | Mentions légales