— Paul Otchakovsky-Laurens

Romans américains

Pour les écrivains imaginaires Donovan Gallagher et Tom Lee Mulligan

Christine Montalbetti

« Qui n’a pas rêvé d’être un écrivain américain ? » Ce rêve, Christine Montalbetti a voulu le réaliser. Elle a donc écrit trois romans en imaginant qu’ils étaient l’œuvre de deux romanciers américains, Donovan Gallagher et Tom Lee Mulligan, eux-mêmes inspirés de deux personnages de son roman Journée américaine (2009), dans lequel elle racontait comment Donovan et son ami Tom Lee s’étaient connus étudiants, et étaient devenus romanciers. Trois romans imaginaires donc, écrits comme s’il s’agissait de trois traductions en français, comme si Christine Montalbetti devenait Tom Lee...

Voir tout le résumé du livre ↓

Consulter les premières pages de l'ouvrage Romans américains

Feuilleter ce livre en ligne

 

La presse

À moi l’Amérique, Christine Montalbetti voulait lire les romans de ses personnages écrivains, elle les a écrits.



Amérique, ce n’est pas -ou pas seulement- les Etats-Unis en tant que réalité géographique. L’Amérique, c’est cet espace de projection que chacun façonne comme il l’entend, avec ses propres clichés, un patchwork de films, de gros livres, de vieilles chansons. L’Amérique, c’est de près ou de loin ce qu’on en rêve. Plusieurs romans écrits par des non Américains nous le rappellent plus ou moins finement depuis janvier: l’Amérique entre nous d’Aude Seigne (Zoé), VAffaireAlaska Sanders de Joël Dicker (Rosie&Wolfe), Motel Valparaiso de Philippe Castelneau (Asphalte)... Avec Romans américains, Christine Montalbetti fait plus que s’inscrire dans le cortège, elle coiffe tout le monde au poteau. Sa méthode est simple et radicale : plutôt que de caresser la chimère, la chevaucher en devenant elle-même un auteur américain - en fait, deux auteurs. Et puisqu’un roman américain ce n’était pas assez, en voilà trois. «La grande Prairie». Mais reprenons les explications, l’autrice dit tout en préface. Au départ, il y avait un «fantasme» semble-t-il partagé par d’autres : celui, «pour aller vite», «d’être un écrivain américain», de préférence celui des grands espaces, catégorie pêche à la mouche, avec «ranch face aux montagnes» ou «petite maison blottie sous un bouquet d’arbres dans la grande Prairie». Et donc : «c’est ce que j’ai fait, j’ai joué à l’écrivain américain, et j’ai écrit sous les identités de Donovan Gallagher et de Tom Lee Mulligan.» Pour comprendre, Donovan Gallagher et Tom Lee Mulligan sont des personnages d’écrivains rencontrés dans un précédent roman de Christine Montalbetti, Journée américaine (P.O.L, 2009), «un genre de road story» dans lequel le premier partait de l’Oklahoma pour rendre visite au second dans le Colorado. Les deux hommes s’étaient connus sur les bancs de l’université et tous deux étaient devenus romanciers. «Or, déplore Montalbetti, ce qui est injuste avec les personnages de romans qui ont eux-mêmes écrit des romans, c’est que ces romans- là, ceux qu’ils ont écrits, on ne peut pas les lire.» Frustration réparée avec le présent volume où se trouvent rassemblés «Ce qui s’est réellement passé à Stonebridge» de Donovan Gallagher, «Comment écrire un roman, selon Price» de Tom Lee Mulligan et «Runaway Bay» du même Mulligan (Montalbetti, l’humeur badine, se donnant ensuite le rôle de la traductrice de l’anglais vers le français, allons-y à fond). Les romans de Christine Montalbetti font souvent voyager, que ce soit au Japon (LoveHotel, 2013), dans l’espace intersidéral (la Vie estfaite de ces toutes petites choses, 2016) ou en Normandie (Trouville Casino, 2018). Quelques années après Journée américaine, en2014, Plus rien que les vagues et le vent nous avait ramené dans l’Amérique des motels (avec des protagonistes nommés Colter, Harry Dean ou Shannon) ; la teneur y était atmosphérique, les phrases longues et sinueuses. Dans Romans américains, c’est l’inverse : du page turner assumé, sujet verbe complément, des rebondissements et rien de trop compliqué. Allongez- vous, propose l’autrice, «survotre lit», «sur l’éponge d’une serviette de plage, sur la pelouse d’un parc, ou est-ce que je sais [...], et voilà». Au fond répond la forme : tout inédit qu’il est, Romans américains se présente en format poche, l’allure pas de côté vis-à-vis d’une production blanche et gaufrée plus évidemment littéraire. II s’agit d’annoncer la couleur et de jouer franc jeu, comme le font les enfants: avec légèreté mais grande rigueur.


Tour de vélo.


Concrètement, on lit trois courts romans à la suite. Le premier raconte l’histoire d’un écrivain qui s’installe dans une petite ville de la côte est se passer, sauf que rien ne se passe (on pense à l’excellent la Mort entre ses mains, «vrai» roman américain d’Otessa
Moshfegh sorti en janvier chez Fayard). Dans le deuxième, un homme décide d’écrire une fiction en suivant les douze conseils d’un ami écrivain (est-ce vrai ment un ami?). Dans le dernier (le meilleur), un certain Brian tombe amoureux d’une fille fraîchement débarquée ; elle s’appelle Montana, comme l’Etat du nord-ouest où elle n’a jamais mis les pieds. Chacun des trois textes emploie la forme personnelle, parle d’écriture et suit un narrateur qui, pour une raison ou une autre, tourne en rond. Deux des trois ont été rédigés pendant la pandémie. Les traverser à cette lumière apporte une dimension supplémentaire à l’ensemble. À la lecture, on relève un tour de vélo, une promenade, les «grands ciels d’Amérique», en imaginant l’autrice confirmée, sillonnant cheveux au vent dans sa tête, aussi splendidement libre que Nanni Moretti sur sa Vespa dans les rues de Rome. Chacun avait alors son paysage d’élection.


THOMAS STÉLANDRE, Libération, mai 2022


Agenda

les vendredi 8 et samedi 9 juillet
Christine Montalbetti à "Écrivains en bord de mer" (La Baule)

Chapelle Saint-Anne

rue du Général de Gaulle

44500 La Baule-Escoublac.

voir plus →

Vendredi 15 juillet à 19h
Christine Montalbetti à la librairie L'Écume (Île de Groix)

3 Place de l’église
56590 GROIX
02 97 56 42 67
lecume-groix@orange.fr
voir plus →

vendredi 29 juillet à 19h
Christine Montalbetti à la librairie L'usage du Papier (Trouville-sur-mer)

L'usage du papier
76 Rue des Bains

14360 TROUVILLE-SUR-MER

voir plus →

Et aussi

Christine Montalbetti Prix Franz Hessel

voir plus →

Christine Montalbetti Prix Henri Quéffelec Livre & Mer 2015

voir plus →

Vidéolecture


Christine Montalbetti, Romans américains, Roman américains Christine Montalbetti