— Paul Otchakovsky-Laurens

Il ne faut rien dire

Marielle Hubert

Comment raconter le trauma silencieux d’une mère et ses conséquences sur la vie de sa fille ? En pénétrant par la fiction et l’autofiction dans l’histoire familiale. En revendiquant sa « présence » alors même que la narratrice n’était pas encore née et que sa propre mère n’était qu’une enfant. « J’ai décidé de ne pas laisser le silence triompher, explique Marielle Hubert. J’ai décidé de parler. J’ai inventé Sylvette (ma mère) et tout ce que je ne sais pas de son histoire : son monstrueux père Armand, et Simone, sa mère complice et passive. Leur folie commune. Fabriquer des...

Voir tout le résumé du livre ↓

Consulter les premières pages de l'ouvrage Il ne faut rien dire

Feuilleter ce livre en ligne

 

La presse

« Une histoire qui tienne enfin debout », un article de Roger-Yves Roche, à retrouver sur la page de En attendant Nadeau.



« Marielle Hubert : dans le trou des fantômes », un article de Jeanne Jacob, à retrouver sur la page de Zone critique.



« Marielle Hubert : "Mon projet était de bâtir un roman sur ce à quoi peut ressembler l’amour mère-fille : impossible, déraisonnable et gigantesque." », un article de Johan Faerber, à retrouver sur la page de Collateral.



« Normalement, on aime sa mère. », une recension de Arthur Dreyfus, à retrouver sur la page de Philosophie magazine.



Agenda

Samedi 9 mars
Marielle Hubert à la Fête du Livre de Bron

Hippodrome de Parilly
4-6 Av. Pierre Mendès France
69500 Bron

voir plus →

Mercredi 13 mars à 19h15
Marielle Hubert à la Librairie Rive Gauche (Lyon)

Librairie Rive Gauche
19 rue de Marseille
69000 Lyon

04 78 72 72 45
contact@librairierivegauche.com

voir plus →

Vidéolecture


Marielle Hubert, Il ne faut rien dire, "Il ne faut rien dire" Marielle Hubert