— Paul Otchakovsky-Laurens

L'Année du serpent

Jean-Jacques Viton

L’ Année du serpent – cette année 1989 – se déploie dans des vagues différentes, mais en échos constants, en résonances analogiques, dans ce livre où le poème (le « faire ») articule ses anneaux en relation avec les « comptes » d’un agenda.

Le serpent se mord la queue. Il se love. Il se répercute dans ses intimes aller retour. Sa peau est renforcée par des plaques dermiques parfois très résistantes, « imbriquées » ou « juxtaposées ».

Le ressac désigne le retour des vagues sur elles-mêmes lorsqu’elles se brisent contre un...

Voir tout le résumé du livre ↓

Consulter les premières pages de l'ouvrage L'Année du serpent

Feuilleter ce livre en ligne

 

La presse

L'Année du serpent ressemble à un jardin botanique. Non seulement on peut s'y promener ou s'y arrêter à son gré pour méditer sur telle beauté plus ou moins naturelle, mais on y trouve, rassemblées, une remarquable diversité d'essences : celles de la rue, des dictionnaires, des journaux, des conversations semi-somnolentes balbutiées dans le farniente, des rengaines […] mais aussi bien la métrique la plus rigoureuse.


L'Ane, octobre 1992

Et aussi

La mort de Jean-Jacques Viton

voir plus →