Poèmes avec partenaires   

Jacques Jouet

Ces poèmes sont avec « partenaires » pour avoir été composés en sollicitant des écrivains vivants.
Que chacun me donne trois mots de sa langue (le plus souvent pas française) et je me charge de composer une redonde, poème à forme fixe de 15 vers en trois strophes avec répétition réglée de chacun de ces trois mots, cinq fois. Le poème est en français, mais il accueille des mots d’ailleurs, de langues voisines, de langues lointaines, du turc au finnois, de l’espagnol à l’albanais, du roumain au letton...
Le voyage dit « Train Littérature Europe 2000 » qui a voituré quelque cent écrivains...

voir tout le résumé du livre >>

 

Consulter les premières pages de l'ouvrage Poèmes avec partenairesFeuilleter ce livre en ligne

 

Jacques Jouet

Voir la biographie et la bibliographie de Jacques Jouet

 

La presse

Avec ce nouveau recueil, Jacques Jouet, auteur des Poèmes dans le métro dont nous parlâmes déjà dans Regards, renoue avec cette poésie située entre le jeu surréaliste et la performance médiévale faite de contraintes techniques qui réveillent des rythmes personnels. Jacques Jouet propose à des poètes de langues très différentes : Arméniens, Finnois, Russes, Roumains, Turcs, Grecs, Espagnols, Irlandais... de lui donner trois mots de leur langue. Il part ainsi dans une sorte de rodéo avec le mot, l’image graphique, la syntaxe. Le résultat en est une redonde, poème à forme fixe où les mots empruntés font la fin des vers. L’entreprise pourrait paraître trop conditionnée, artificielle, sous-tendue comme elle est par le désir d’accueillir les autres dans son poème. Elle est surprenante, car loin d’être un espéranto, une maladroite synthèse de l’amitié entre peuples européens dans le sens le plus large de l’Europe, c’est une joute d’esprit qui retrouve la voix universelle de la poésie. Qui retrace un monde fait de mots métissés, où l’on ne peut pas ignorer le souffle de l’autre à nos côtés : « Se gargariser de poésie/ demande une potion de poèmes/ de fabrication matrimoniale/ La décoction de simples poèmes/ diffuse une odeur de poésie » . (« La bibliothèque de Poitiers » ). Joueur, donc, Jacques Jouet, le voilà à Tallinn en pleine variation autour des mots allemands eins, zwei, drei, donnés par le poète Felicitas Hoppe : « Je consens à n’être pas au eins/ trop hostile, pourvu que le zwei/lui emboîte le pas, puis le drei/ quatre, cinq, et cetera... Au zwei/ se laisser moins attaché qu’au eins... » Histoire de redonner de la sève au poème, en passant le mot par le cathéter de sa propre loi. Découvrons que l’alphabet géorgien n’est pas le même que le russe, contentons-nous du charme phonétique souvent, et suivons cette syntaxe nouvelle où les fragments écoutent à de nouvelles règles de flexion. Soyons curieux d’abord du signe de l’autre.


Julia Moldoveanu, Regards, septembre 2002




Pari difficile à tenir ! La préface rédigée par Jacques Jouet lui-même (actif membre de l’Oulipo et l’un des « Décraqués ! ») nous prévient : « Ces poèmes ont été composés en sollicitant la collaboration d’écrivains vivants ». Chacun donne trois mots de sa langue (le plus souvent pas française) et Jacques Jouet se charge de composer une redonde, poème à forme fixe de quinze vers en trois strophes, avec répétition réglée de chacun de ces trois mots, cinq fois, mots toujours situés en fin de vers. Poème en français, mais accueillant « des mots d’ailleurs, du turc au finnois, de l’espagnol à l’albanais, du roumain au letton »

.

Les apports sont le plus souvent inattendus et le résultat en général fort étrange, même lorsque les trois mots sollicités sont extraits des titres des compagnons oulipiens de l’auteur : (Michelle Grangaud, Jacques Roubaud) ou de ceux qu’on peut choisir parmi les oeuvres d’André Velter, de Pierre Michon, de Frank Venaille, entre autres... Au lecteur de s’exercer, seul ou avec des amis aimant taquiner la Muse, une Muse exigeante mais ludique.


AFC, bulletin n°34, mars 2003.


Vidéolecture


Jacques Jouet, Poèmes avec partenaires, Jacques Jouet lit "Poèmes avec partenaires". Extrait.




© P.O.L 2019 | Crédits | Mentions légales