La Langue et ses monstres   

Christian Prigent

La Langue et ses monstres est un recueil de vingt essais portant sur des écrivains de la « modernité ».
Les onze premiers figuraient dans l’édition princeps de l’ouvrage (chez Cadex, en 1989). Ils concernent d’abord quelques figures emblématiques du XXe siècle : Gertrude Stein, Burroughs, Cummings, Khlebnikov, Maïakovski ; puis des vivants remarquables apparus dans le dernier quart dudit siècle : Lucette Finas, Hubert Lucot, Claude Minière, Valère Novarina, Marcelin Pleynet, Jean-Pierre Verheggen.
Ces textes avaient été rédigés entre 1975 et 1988 dans le contexte des débats d’époque (la...

voir tout le résumé du livre >>

 

Consulter les premières pages de l'ouvrage La Langue et ses monstresFeuilleter ce livre en ligne

 

Christian Prigent

Voir la biographie et la bibliographie de Christian Prigent

 

La presse

Continuer à merdrer

Un quart de siècle après sa première parution, l'essai de Christian Prigent s'offre une nouvelle occasion d'interroger les oeuvres singulières de la littérature.



Publié pour la première fois en 1989 aux éditions Cadex, La Langue et ses monstres, ouvrait l'oeuvre de l'essayiste Christian Prigent d'une façon pour le moins roborative. L'écrivain, poète aguerri et romancier tout neuf (Commencement paraît chez P.O.L la même année), donne alors une défense et illustration d'une litterature, la seule qui compte à ses yeux, propre à percer l'opacité du monde à laquelle nous condamnent les langues communes de la représentation. Une littérature portée haut par des avant-gardes arrivées à épuisement et que Christian Prigent aura accompagnées, notamment par le biais de sa revue TXT. L'essai trouvera un prolongement réflexif avec Ceux qui merdRent (1991) qui assurera à son auteur une place prépondérante dans le domaine de la réflexion théorique sur la litterature en même temps que son oeuvre romanesque le positionne au tout premier plan.
Dans l'avertissement, Christian Prigent légitime cette réédition revue, corrigée et augmentée. « Publier une nouvelk version de La Langue et ses monstres, c'est supposer que (s)es questions restent pertinentes. » L'ouvrage s'ouvre, très judicieusement par un essai sur Gertrude Stern dont l'écriture désapprend à lire, déshabille le lecteur de ses habitudes de lecteur, le jette dans une expérience nouvelle : « Le lecteur se lit lisant. » Il fallait ce sas, cette entrée dans la matière des langues singulières qui vont se succéder : celles d'un Novanna, d'un Burroughs, d'un Cummings, d'un Maiakovski, d'un Artaud, etc. Deux textes (publiés ailleurs) ont fait les frais de cette réédition qui, en revanche, a été augmentée d'essais sur Jouve, Ponge, Stefan, Noël, Clemens ou Tarkos.En explorant ces « irrégularités du langage » que forment « le dangereux babil » de Khlebmkov, les jeux de mots azimutés de Verheggen, l'anti novlangue de Novanna, etc, Prigent explore le rapport que la langue fait au monde. Cette dimension de l'essai n'est pas que politique, elle touche à l'origine même de l'homme puisque la langue est à la fois ce qui met l'homme au monde (l'infans est sans langage) et ce qui l'en sépare, substituant à l'expérience indicible d'être vivant, sa représentation figée.
II manque un essai à ce livre, un essai impossible ici, une étude de l'oeuvre de Christian Prigent himself. Car l'homme aura épouse autant que faire se peut l'avant-garde des années 70 pour, notamment par le biais du roman, poursuivre avec succès une expérimentation de l'écriture en direction de ce qui semblait être exclu du champ de l'avant-garde : l'autobiographie. Cet essai reste à écrire. À la tonalité un chouia pessimiste de l'avertissement (trop rares selon Prigent sont ceux qui merdRent aujourd'hui, ceux qui « tentent de sortir de l'avant-gardisme du début des années 1970 sans renoncer pour autant au désir d'expérimentation ») repond, à la fin du livre, le salut à ce qu'on pourrait appeler la génération de 1995, date autour de laquelle vont apparaître les écrits de Christophe Tarkos, Nathalie Quintane, Charles Pennequin ou Philippe Beck. L'hommage, poignant, rendu à Christophe Tarkos, prince disparu de cette génération pourrait peut-être aussi convenir à l'auteur du livre qui s'achève ainsi « Peu de poètes auront dû mieux que lui nous introduire à la fois au malaise de la langue infidèle qui passe comme une lame entre le monde et nous, à la fois au pouvoir souverain qu'à la même langue d'aérer l'opacité d'un monde comblé de choses à vendre, d'images chromos, de corps lourds, de pensées soumises, d'âmes angoissées. Ce pouvoir qui revient sans cesse inquiéter l'idylle ahurie entre choses et langues, ça s'appelle peut-être poésie. »


Thierry Guichard, La Matricule des anges, février 2015

Agenda

Le mardi 4 avril 2017 à 18h30
Lecture de Christian Prigent au théâtre d'Aurillac

Théâtre d'Aurillac

4 Rue de la Coste

15000 Aurillac

 

voir plus


Vidéolecture


Christian Prigent, La Langue et ses monstres, L'Avant-garde novembre 2014

voir toutes les vidéos du livre




© P.O.L 2016 | Crédits | Mentions légales