Mausolée   

Louise Chennevière

« C’est là, au seuil de la ville, immense, tentaculaire, de cette première nuit sans toi, que j’ai commencé à comprendre. Combien je t’aimais. »

Être amoureuse, follement, comme on peut l’être à vingt-cinq ans, et finir par être abandonnée. Connaître les doutes, les mensonges, les lâchetés, la jalousie. Histoire fatale et banale, familière. Celle des romans d’amour. Celle des amoureuses de tous les livres. C’est à la fois l’histoire de la narratrice du roman de Louise Chennevière, et l’objet de sa révolte. Une jeune femme indépendante, soucieuse de vivre sa liberté, se retrouve pourtant...

voir tout le résumé du livre >>

 

Consulter les premières pages de l'ouvrage MausoléeFeuilleter ce livre en ligne

 

Louise Chennevière

Voir la biographie et la bibliographie de Louise Chennevière

 

Traductions

Espagne : Dos Manos

La presse

Après l’amour

Certaines phrases restent inachevées, interrompues en plein cœur par un point abrupt. D’autres restent en suspens, arrêtées sur une virgule suivie d’un blanc. Le récit avance ainsi, par à-coups, rétif. Quelque chose résiste dans ce livre tout en mise en abyme. Le « Mausolée » que l’on lit – on pense à Guibert – contient celui en train de s’écrire, ce texte que la narratrice déverse presque malgré elle, à la fois dans une forme d’urgence et de refus. Elle souhaite, par ce geste aussi beau que vain, enfermer dans un mausolée de papier l’homme qu’elle a follement et sensuellement aimé, garder à jamais celui qui a fini par la quitter. Le retenir et le détruire dans un même mouvement. Chanter l’amour et dire le kitsch éculé de ce chant dans un même élan, ce chant « écrit par celle que tu avais faite de moi », dit-elle. « Celle que je m’étais toujours promise de ne jamais devenir, car je savais depuis trop longtemps, depuis toute petite, comment finissent les romans d’amour, et comme elles étaient, toujours, à la fin, éperdues, abandonnées, les femmes. Mortes. » Pour ne pas rejoindre la cohorte littéraire d’amantes délaissées, les Anna K. et autre Emma B., elle écrit, dans un corps-à-corps tendu avec les mots. Une lutte éperdue que Louise Chennevière remporte par K.-O.

Elisabeth Philippe, L’Obs, août 2021



Louise Chennevière Mausolée

«Peut-être […] parce que les mots ne peuvent que ressasser des poncifs, charrier des clichés, que la parole n’est qu’un chaudron fêlé, impuissante à saisir l’absolue singularité […].» Avec Mausolée, son deuxième roman, Louise Chennevière s’attaque hardiment à ce sujet traité depuis des siècles et à haut risque : la peine d’amour. Deux ans après une rupture douloureuse, la narratrice, une fille de 25 ans, revoit brièvement, dans une ville au bord de la mer, l’homme qu’elle a aimé. En fait elle l’aime toujours. Pendant deux ans elle a écrit, bâti un monument de mots pour détruire cet amour prétendument défunt, décortiquer son désarroi. Les pages du livre en cours s’éparpillent, comme des vêtements jetés au sol. Louise Chennevière dit avec lucidité et profondeur ce qu’est une passion amoureuse quand on est une femme d’aujourd’hui qui se veut autonome, à une époque où le modèle d’Anna Karénine fait surtout froid dans le dos. Ici c’est le manuscrit enchâssé dans le roman qui est ¬condamné, il ne sera pas fini, la narratrice le sait.

Frédérique Fanchette, Libération, 28 août 2021



Orphée féminin

Le deuxième roman de Louise Chennevière est un texte non dédicacé et pourtant infiniment adressé et dédié. Roman d’amour qui s’écrit à rebours, Mausolée est plein de sa fin, dont la narratrice traque les signes depuis ses débuts, et s’achève sur l’heureuse scène de la première rencontre. À travers une langue à la fois lyrique et corrosive, la narratrice retraverse le cours de son itinéraire amoureux et vient en re-signifier les contours. Loin de se condenser dans ces heureux retournements narratifs, le récit exprime tout du long ses enrayements successifs, sa propre difficulté à s’écrire.


Mausolée s’ouvre sur une scène insituable, qui dit le renversement d’une parole à travers l’inversion d’un geste, celui de se retourner. Au cœur d’une nuit et du silence, comme une façon de ne pas disparaître tout à fait, la narratrice déploie ses souvenirs et inaugure le récit d’un amour tout juste passé. Ce n’est plus l’être aimé, abandonnant son amante, qui jette un dernier regard en arrière, c’est elle qui se retourne vers son amant qui disparaît. Louise Chennevière ne rejoue pas simplement le mythe orphique, elle le déplace. Loin d’assumer le mutisme d’une Eurydice, la narratrice abandonnée de Mausolée parle. Et, à l’image de cette inversion de la figure d’un Orphée au féminin, toute la suite du texte paraît s’écrire à l’aune de cette réversibilité salvatrice.


Lisez l’intégralité de l’article de Anna-Livia Marchaison sur En Attendant Nadeau(8 septembre 2021)



Un « Mausolée » dont jamais je ne te laisserai partir

Une jeune femme follement amoureuse finit par être quittée.
Louise Chennevière tisse le récit d’un amour perdu, sans pathos ni clichés


« C’est peut-être à cause de ton prénom, un si beau prénom. C’eût été peut-être plus facile de t’oublier s’il avait pu désigner, un autre que toi, si j’avais pu en changer à l’envie, le contenu, un autre corps, un autre cul. Mais il ne dit rien d’autre que toi, te dit tellement mieux que ne pourraient jamais te dire aucun de ces milliers de mots que j’avais amassés là, sur la page, humiliés par ces quelques syllabes de rien du tout, ton nom. Que j’ai crié cette nuit, comme alors. Mais, je pourrais, gueuler tout ce que je veux, écrire, tu ne reviendrais pas ».

On ne saura pas comment il s’appelle. Ni elle. Elle, qui tout au long de « Mausolée » (titre dont il n’est pas interdit de penser qu’il tend vers « Le Mausolée des amants » d’Hervé Guibert), le deuxième roman de Louise Chennevière, décline avec ardeur, sans trêve ni répit, le chemin de croix du chagrin d’amour, de son temps dilaté.


L’éternel retour


L’histoire commence ainsi, par cette « scène initiale », inoubliable : l’abandon. Une jeune femme de vingt-cinq ans voit partir son amant, aimé d’un de ces amours si total qu’il a fait jusque-là l’économie d’être nommé ; un de ces amours pour lequel il faudrait trouver d’autres mots que l’amour... la passion, peut-être. Mais c’est avec lui qu’elle demeure, avec son souvenir qu’elle vivra tout de même chaque jour, chaque heure, chaque nuit, seule ou en vaine compagnie, dans une sorte d’atroce présent, d’éternel retour. Deux ans passent sans passer vraiment, où elle s’interdit de contacter l’absent avant une ultime rencontre dans la ville de bord de mer où il vit désormais. Permanence du désir, permanence du chagrin, permanence de la douleur et goût paradoxal de la souffrance puisque souffrir c’est aimer encore, maintenir quelque chose vivant.


Inachèvement


La beauté fulgurante de ce « Mausolée » tient à la fois à son extrême contemporanéité dans l’intemporalité de son « sujet ». Les rets de passion dans lesquels se débat son héroïne ont parfois été ceux d’autres personnages, chez Duras, chez Ernaux, mais ici Louise Chennevière se vêt de la plus belle robe qui soit, celle de la littérature.


C’est par et pour elle que le lecteur ira chez cette femme de la colère à une certaine forme d’apaisement. L’écriture en tension permanente, se déploie dans une scansion, des râles parfois qui sont ceux de « maladie » dont il est ici question. Phrases inachevées puisque en la matière rien ne se finit jamais, ponctuation baroque et fondamentalement poétique, lyrisme sec (pas de larmes, surtout pas de larmes), refus on l’a dit de nommer quoi que ce soit, ni lieux, ni signes d’époque, tout cela est d’une splendide autant qu’aride justesse. Roman ? Récit ? Poème ? Confession ? Qu’importent les classifications qui ne s’accordent qu’au quotidien. C’est un livre. Si court et qui paraît immense. Un monolithe noir dont les échos se feront longtemps encore entendre dans notre mémoire. Aussi longtemps que chacun d’entre nous se souviendra avoir été un jour été amoureux et l’être désespérément, merveilleusement, resté.


Olivier Mony, Sud Ouest, 19 septembre 2021

Agenda

26/27 septembre
"Comme la chienne" de Louise Chennevière à Rennes festival "Dangereuses lectrices"

Ateliers du Vent, à Rennes.

59 rue Alexandre Duval Rennes
Bus 9 ou Vélostar, arrêt Voltaire
Le lieu est accessible aux personnes à mobilité réduite

voir plus

Vendredi 15 octobre
Louise Chennevière à la librairie Millepages (Vincennes)

Librairie Millepages

91, rue de Fontenay

94300 Vincennes

tél. : 01.43.28.04.15.

 

voir plus

Jeudi 21 octobre à 19 heures
Louise Chennevière à la librairie L'Orange bleue (Orange)

Librairie L'Orange bleue
23 rue Caristie
84100 Orange

voir plus


Vidéolecture


Louise Chennevière, Mausolée, Mausolée Louise Chennevière - 2021




© P.O.L 2019 | Crédits | Mentions légales