Lazy Suzie   

Suzanne Doppelt

Lazy Suzie tourne autour des anamorphoses, ces tableaux à secret, à double lecture, « la magie artificielle des effets merveilleux », disait Baltrusaitis. Il joue également avec la construction perspectiviste puisque les anamorphoses en sont « une belle et secrète partie ».
Pour une part, c'est un prolongement du précédent livre, Le pré est vénéneux, qui traitait déjà des images fantômes, de ce que l'on croit voir et de ce dont il faut douter toujours un peu.
Lazy Suzie parle de peinture, de ces images qui, pour être construites, sont projetées dans un espace confiné, la camera oscura qui est aussi bien un...

voir tout le résumé du livre >>

 

Consulter les premières pages de l'ouvrage Lazy SuzieFeuilleter ce livre en ligne

 

Suzanne Doppelt

Voir la biographie et la bibliographie de Suzanne Doppelt

 

Traductions

USA : Litmus Press

La presse

Le monde servi sur un plateau tournant


Suzanne Doppelt explore les modes d'existence du réel saisi comme effet de réglage d'un appareil photographique ou poétique. Derrière la gravité de l'enjeu, le jeu drôle et pensif d'un texte inspiré.


Dire la beauté du monde est une des tâches les plus anciennes parmi celles que se sont données les poètes. Certains l'expriment sur le mode de l'exaltation lyrique, d'autres, de Lucrèce à Queneau, sur celui de l'exploration raisonnée. Suzanne Doppelt pourrait être rangée parmi ces derniers, n'était la sensation, insistante, de la présence de l'auteur dans cet acte de contemplation, d'émerveillement et d'écriture. « Je me reflète et me répercute. » Ce pourrait être une manière de définir son rapport à la réalité, cette façon de dire « la réalité est peut-être un rapport ». Pour Suzanne Doppelt, le monde s'offre comme un pré. Un pré à parcourir, « vénéneux ». Ainsi s'intitulait un de ses précédents livres, citant Apollinaire, qui ajoutait ?&nsbp;: « mais joli ». Un pré où la beauté qui se cueille sans précaution peut empoisonner. Un pré, aussi, qui se fabrique, où la frontière entre le réel et le langage s'abolit, où l'objet représenté est le mode de représentation. Ainsi peut se comprendre le motif récurrent du cercle. Objectif photographique ou miroir, qui copie et inverse le réel. « La réalité n'est qu'une affaire de réglage, le passage réduit d'un monde, une gigantesque peinture, à un autre, par simple rotation. » « Le monde est beau, il est rond », écrivait Suzanne Doppelt, en titrant un autre de ses livres. Rotondité du monde et du dispositif qui le saisit, il, lentille ou miroir, mais aussi de celui qui le présente. Une Lazy Suzie, une paresseuse Suzanne, est un plateau tournant où dans les restaurants chinois sont présentés les plats dont chaque convive se sert. Mais c'est aussi la chaste Suzanne de la Bible, matée par les vieillards, éternelle allégorie du voyeurisme dans les arts visuels. Lazy Suzie est donc, plus que l'essai que pourrait faire imaginer l'exposé de ses thèmes, un jeu qui se déroule à plusieurs niveaux, « vertige panoramique » lancé comme une toupie par le plaisir de voir, de faire voir et de dire. Suzanne Doppelt poursuit avec ce texte une œuvre ludique, simple et savante, spontanée et terriblement composée, qui en dit peut-être plus sur la poésie, le moi et le monde qu'il n'y paraît.


Alain Nicolas, L'Humanité, 7 janvier 2010


Agenda

Du vendredi 7 décembre 2018 au dimanche 27 janvier 2019
Exposition autour de l'œuvre poétique de Suzanne Doppelt (Paris)

Bibliothèque Marguerite Audoux
10, rue Portefoin - 75003 Paris
01 44 78 55 20

voir plus

Le lundi 11 février à 20h
Suzanne Doppelt à la Maison de la Poésie (Paris)

Maison de la Poésie
157, rue Saint-Martin - 75003 Paris

voir plus

Samedi 9 mars 2019
Lecture de Suzanne Doppelt et Fred Léal au Marché de la Poésie (Bordeaux)

Marché de la Poésie

De 15h à 16h le samedi 9 mars 2019
sous la Halle des Chartrons
33000 Bordeaux

voir plus





© P.O.L 2018 | Crédits | Mentions légales