Comptine 1.

18 janvier 2011, 20h52 par Édith Msika

Il a dit, le travail. Il a dit autre chose avec, le travail. Il a dit, je n'ai plus de mémoire, je ne me souviens plus, il a dit. Il a dit, quand il va revenir c'est à ce moment c'est toujours à ce moment que je me souviens, mais même pas. Il a parlé du travail, il aurait dit que le travail, oh, merde, je me souviens encore pas, j'ai comme un voile à la surface de la courge en gelée qui me sert de cerveau. Il a dit, voyons qu'a-t-il dit, qu'aurait-il pu dire, voyons voyons. J'ai baissé la tête, protestant faiblement, baisser la tête pour ne pas voir, mais ça n'empêche pas d'entendre ce qu'il a dit. Comme s'il me grondait, le travail. Mais vous savez que c'est un mot que je n'aime pas, vous le savez. Je n'arrive pas à comprendre s'il faut que je travaille, ou si le travail. Quoi ? Le travail. C'est un mot que. Vous voyez, vous ne savez pas ce que vous dites. Mais non, trop tard, c'est encore pas ce que je voulais dire, je ne dis jamais rien de ce que je voudrais dire, je dis toujours à côté.
Oh mais non. Le travail. C'est pas le mot, c'est la chose. C'est ça c'est ça, allez. Je ne vois pas ce que, je ne comprends pas ce que, je ne vois pas. Non, je ne vois pas, butée, elle, butée, yeux vers le bas, butée. Bon qu'est-ce qui faut que je fasse, hein? Et jamais de réponse, elle sort dans la rue sans réponse, elle mâchonne le travail, puis subitement elle arrive au verbe, elle rechigne, l'autre il arrive, travailler, encore pas conjugué, encore pas dans le conjugo, elle veut pas se marier avec le verbe, veut pas, peut pas, c'est plus fort qu'elle, elle se voit en passant dans les vitrines éteintes, bien obligé de constater qu'elle y est là dans la rue dans les vitrines, sur les pans coupés des miroirs des carrefours, merde. Elle se ravale et dérive, elle fait la crêpe à la surface des choses, elle fait la furtive l'inexistante, l'aphanisis. Vous faites les choses à l'envers, faut les déplacer les remettre en place, le travail, le mettre là et ça là et ça là. Tous les ça qu'il faut oh la. Il n'a rien dit de tout ça, il ne dit rien de rien. Elle marche et le travail. Elle s'applique à marcher, elle serait dans le travail, peut-être, si elle s'applique encore un peu elle aura peut-être un bon point, ils vont tous lui en donner les passants. Au bout de la rue elle aura peut-être une valeur, elle pourra redescendre et s'oublier. Sinon remarcher encore et encore, remonter, redescendre et ainsi de suite sans s'arrêter, pour le travail.
 

l'atelier d'écriture

Billet précédent | Tous les billets | Billet suivant |

© P.O.L 2018 | Crédits | Mentions légales